Cameroun : la sursouscription autorisée dans le cadre du 5e emprunt obligataire permet à l’Etat de régler sa participation dans le capital de NHPC




L’Etat va obtenir 24,1 milliards de F CFA pour régler sa participation dans la société du projet hydroélectrique Nachtigal, sur les 50 milliards de F CFA additionnels autorisés dans le cadre de l’emprunt obligataire “ECMR 5,6% net 2018-2023”

 

L’Etat camerounais va prélever 24,1 milliards de F CFA (environ 36,7 millions d’euros) sur les 50 milliards de F CFA (environ 76,13 millions d’euros) additionnels autorisés par la Commission des marchés financiers – dans le cadre du cinquième emprunt obligataire de l’Etat baptisé “ECMR 5,6% net 2018-2023” – pour régler sa participation dans la société du projet hydroélectrique Nachtigal-amont.

L’emprunt obligataire visait initialement à lever 150 milliards de F CFA mais au cours du dépouillement des souscriptions, organisé le 12 novembre, le consortium de banques sollicité par l’Etat pour l’aider dans l’opération s’est retrouvé avec 204,3 milliards de F CFA (204 318 290 000 dans le détail).

L’Etat a par la suite “demandé et obtenu” de la Commission des marchés financiers (CMF), en date du 14 novembre, une surallocation de titres correspondant à cinq millions d’obligations additionnelles d’une valeur totale de 50 milliards de F CFA (environ 76,13 millions d’euros). L’opération a été bouclée le 16 novembre 2018.

Le montant total des fonds levés au titre de l’émission “ECMR 5,6% net 2018-2023” s’établit définitivement à 200 milliards de F CFA (environ 304,5 millions d’euros).

Une partie des fonds (24,1 milliards de F CFA) va permettre à l’Etat de payer sa participation dans Nachtigal Hydro Power Company (NHPC), la société du projet Nachtigal-amont. L’Etat est actionnaire à hauteur de 30% dans la société, aux côtés du groupe français EDF (40%) et de la Société financière internationale (IFC) qui détient les 30% restants.

Le coût global du projet hydroélectrique Nachtigal-amont, qui vise entre autres la construction d’une centrale électrique de 420 MW, s’élève à 1,2 milliard d’euros, financé pour près d’un quart par les actionnaires de la société du projet, et pour le reste par des prêteurs: 11 institutions internationales de développement et quatre banques commerciales locales (Société Générale Cameroun, Standard Chartered Bank Cameroon, Attijariwafa SCB Cameroon, BICEC).

Le règlement de la participation de l’Etat au capital de l’entreprise était une condition posée par les bailleurs de fonds. L’argent devrait être disponible en décembre, selon les indications du ministère des Finances.

Les accords de financement définitifs du projet Nachtigal ont été signés le 08 novembre dernier à Paris. Le début de la construction est prévu avant la fin de l’année 2018, à l’issue du closing financier; et la mise en service opérationnelle du barrage devrait avoir lieu à l’horizon 2023.

En dehors du projet Nachtigal, toujours dans le domaine de l’énergie, l’enveloppe additionnelle de 50 milliards de F CFA approuvée par la CMF, dans le cadre de l’émission “ECMR 5,6% net 2018-2023”, va permettre à la Société nationale de transport de l’électricité (Sonatrel) de bénéficier de 5 milliards de F CFA (environ 7,61 millions d’euros).

Pour rappel, d’autres projets liés au secteur de l’énergie figurent dans l’enveloppe initiale de 150 milliards de F CFA. Il s’agit notamment de la participation de l’Etat au démarrage de la construction du barrage hydroélectrique de Bini à Warak (75 MW) dans l’Adamaoua: 500 millions de F CFA; la participation de l’Etat dans les travaux de construction de la centrale hydroélectrique de Lom Pangar (30 MW) à l’Est: 1,5 milliard de F CFA; la construction des lignes électriques Yaoundé – Abong-Mbang (2 milliards de F CFA); la finalisation du projet d’aménagement hydroélectrique de Memve’ele (211 MW) dans le Sud, pour un montant de 9 milliards de F CFA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *