Cameroun: accords “définitifs” signés pour la réalisation du projet d’aménagement hydroélectrique de Nachtigal (EDF)




Annonce faite le 08 novembre par l’actionnaire majoritaire de Nachtigal Hydro Power Company (NHPC), la société du projet. L’aménagement hydroélectrique de Nachtigal vise la construction d’un barrage et une usine hydroélectrique de 420 MW sur le fleuve Sanaga

 

Le groupe énergétique français EDF a annoncé ce jeudi, 08 novembre, la signature des “accords engageants et définitifs” du projet d’aménagement hydroélectrique de Nachtigal.

“Cette signature marque la conclusion de l’ensemble des accords et contrats clés liés à la construction, à l’exploitation et au financement de l’ouvrage”, relève le groupe.

Les accords ont été signés entre EDF, la Société financière internationale (IFC) du Groupe de la Banque mondiale et l’Etat camerounais. Les trois acteurs sont les actionnaires de Nachtigal Hydro Power Company (NHPC), la société du projet; avec une participation de 40% pour EDF, 30% pour l’IFC et 30% pour l’Etat du Cameroun.

L’Etat camerounais était représenté à l’événement organisé jeudi à Paris (France) par le ministre des Finances, Louis-Paul Motaze, et le ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba.

“Le projet Nachtigal consiste à concevoir, à construire et à exploiter pendant 35 ans un barrage et une usine hydroélectrique de 420 MW sur le fleuve Sanaga au niveau des chutes de Nachtigal, situées à 65 km au Nord-Est de Yaoundé. Il comprend aussi la construction d’une ligne de transport d’électricité de 50 km jusqu’à Nyom [nord de Yaoundé]”, rappelle EDF.

La centrale hydroélectrique du projet Nachtigal, d’une puissance de 420 MW, permettra d’augmenter les capacités de production d’électricité du Cameroun de 30 %. L’ouvrage fournira une production annuelle de près de 3 TWh.

Le coût global du projet s’élève à 1,2 milliard d’euros, financé pour près d’un quart par les actionnaires de la société du projet, et pour le reste par des prêteurs: 11 institutions internationales de développement et quatre banques commerciales locales (Société Générale Cameroun, Standard Chartered Bank Cameroon, Attijariwafa SCB Cameroon, BICEC).

La mobilisation du financement a été coordonnée par l’IFC à travers son programme InfraVentures.

Le début de la construction est prévu “avant la fin de l’année 2018, à l’issue du closing financier”; et la “mise en service opérationnelle” du barrage devrait avoir lieu à l’horizon 2023.

L’Etat camerounais s’est engagé à rembourser les prêteurs en cas d’annulation ou d’abandon du projet.

Le groupe belge Besix a été sélectionné par NHPC pour la construction du barrage et de la centrale hydroélectrique.

Le projet pourra générer jusqu’à 1500 emplois directs au cours du chantier, recrutés majoritairement (65%) dans un rayon de 35 km autour du site de construction.

D’après la Banque mondiale, citée par IJGlobal, l’énergie produite sera cédée au concessionnaire du service public de la production et de la distribution de l’électricité Eneo à un tarif de 0,061 euro par kWh pendant 35 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *