Cameroun : Hydro Memve’ele ne verra pas le jour




La transformation de l’unité de coordination du projet d’aménagement hydroélectrique Memve’ele en producteur indépendant d’électricité n’a pas été approuvée par le président de la République. Le patrimoine du projet confié à Electricity Development Corporation. Explications

 

Energies Media a appris, de source autorisée, que le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, a décidé, en mai 2019, de faire transférer le patrimoine du projet d’aménagement hydroélectrique Memve’ele à Electricity Development Corporation (EDC): gestionnaire du patrimoine public dans le secteur de l’électricité.

L’unité de coordination du projet avait constitué un dossier pour devenir un producteur indépendant d’électricité, Hydro Memve’ele, en vue de revendre l’énergie du barrage hydroélectrique – qui dispose d’une puissance installée de 211 MW – à Eneo, le concessionnaire du service public de la distribution de l’électricité.

Le président de la République a décidé de ne pas autoriser la création d’une nouvelle entité publique, à l’image d’Hydro-Mekin, constituée pour exploiter une centrale hydroélectrique de 15 MW qui peine à être mise en fonctionnement.

Le ministre de l’Eau et de l’Energie coordonne déjà une série de réunions en vue d’assurer le transfert du projet Memve’ele à EDC. Ce transfert devrait être formalisé au cours d’une cérémonie officielle.

IPP

EDC, qui pilote actuellement la construction de la centrale hydroélectrique de Lom Pangar (30 MW), va devoir solliciter une licence auprès de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) pour avoir désormais un statut de producteur indépendant d’électricité (Independent Power Producer, IPP). Ce statut permettra à l’entreprise de pouvoir revendre l’énergie de Memve’ele et celle de Lom Pangar.

La construction du barrage de Memve’ele, situé dans la région du Sud et initiée sur des fonds sino-camerounais, est achevée depuis juin 2017.

Parachever le projet

La “réception provisoire partielle” de l’ouvrage a eu lieu le 08 février 2018 mais l’énergie fournie par l’usine de production n’est pas encore disponible au poste de Nkolkoumou à Yaoundé, pour être injectée dans le Réseau interconnecté Sud (RIS), l’un des principaux réseaux interconnectés du Cameroun.

Pour injecter une partie de l’énergie du barrage dans le réseau – environ 40 MW en avril 2019 -, il a été fait recours aux infrastructures du Projet de renforcement et d’extension des réseaux électriques de transport et de distribution (Preretd), piloté par… EDC.

L’unité de coordination du Projet d’aménagement hydroélectrique Memve’ele, coordonnée par Dieudonné Bisso, pourrait aussi perdre le pilotage de Memve’ele II. Il s’agit d’un barrage de retenue qui devrait permettre de régulariser le débit du fleuve Ntem en période d’étiage (période où le cours d’eau atteint son point le plus bas, en temps de saison sèche notamment) et permettre au barrage hydroélectrique existant (Memve’ele) de fournir sa pleine puissance (211 MW), et assurer le développement de nouvelles capacités de production pouvant aller au-delà de 600 MW.

Le barrage de Memve’ele est situé à Nyabizan, localité de l’arrondissement de Ma’an, département de la Vallée du Ntem, dans la région du Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *