Cameroun: le barrage de Memve’ele livre moins de 80 mégawatts dans le réseau contrairement à l’annonce initiale du ministère de l’Energie




Alors qu’il indiquait, dans la première moitié du mois d’avril, que le barrage hydroélectrique de 211 MW injectait déjà 80 MW dans le réseau, le ministre de l’Energie a révisé l’estimation dans une nouvelle déclaration et parle plutôt de 45 MW. Peut-être encore plus faible

 

La mise à l’essai – depuis le 13 avril – des différentes turbines du barrage hydroélectrique de Memve’ele permet de livrer “chaque jour” au réseau “un minimum de 45 mégawatts d’électricité”, selon le ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, qui a accordé une interview au quotidien public Cameroon Tribune le 06 mai dernier.

Dans un communiqué publié le 12 avril, le ministère de l’Energie avait d’abord affirmé qu’il s’agissait de 80 MW, représentant moins d’un tiers de la puissance installée du barrage (211 MW), qui étaient déjà injectés dans le réseau à partir du poste de transformation de Mbalmayo.

Certaines sources médiatiques estiment que la puissance injectée actuellement dans le réseau interconnecté Sud (RIS) serait bien en deçà des différents chiffres avancés officiellement.

La construction du barrage de Memve’ele, situé dans la région du Sud, est achevée depuis juin 2017. Cependant les ouvrages de transport d’énergie ne sont pas encore complètement réalisés.

L’énergie fournie par Memve’ele (211 MW) doit être injectée dans RIS à travers une ligne de transport d’électricité qui va de Nyabizan – site de construction du barrage – à Ebolowa (chef-lieu de la région du Sud), puis d’Ebolowa au poste de Nkolkoumou à Yaoundé.

Le calendrier de mise en service du barrage de Memve’ele (211 MW), avec tous les différents aménagements prévus pour l’évacuation de l’énergie produite, est projeté en 2020, selon la direction du projet.

Pour injecter une partie de l’énergie du barrage dans le réseau, il a été fait recours aux infrastructures du Projet de renforcement et d’extension des réseaux électriques de transport et de distribution (Preretd), piloté par l’entreprise publique EDC.

L’un des volets de ce Projet concerne la construction d’une ligne électrique haute tension de 90 kV entre Mbalmayo (région du Centre) et Ebolowa (chef-lieu de la région du Sud); et d’un poste de transformation aux caractéristiques 90/30/15 kV toujours à Ebolowa. A Mbalmayo, les ressources du Preretd prévoient également l’extension du poste 90/30 kV. Le choix, concernant la ligne de transport de l’énergie de Memve’ele, a été de créer des points de jonction de cette dernière avec ce qui avait été envisagé par le Preretd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *