A cause du coronavirus, l’Opep ramène ses prévisions sur la croissance de la demande mondiale de pétrole en 2020 de 1,22 mbj à 990 000 bj




Ce chiffre, rendu public mercredi 12 février, est inférieur de 230 000 barils par jour à celui annoncé en janvier

 

L’Opep a annoncé mercredi, 12 février, avoir revu à la baisse sa prévision de croissance de la demande pétrolière mondiale en raison de l’épidémie de coronavirus en Chine – premier importateur de pétrole brut au monde.

Le cartel pétrolier a précisé avoir nettement réduit sa production en janvier avec la mise en oeuvre du nouvel accord d’encadrement de l’offre conclu l’an dernier.

La demande mondiale de brut devrait augmenter de 990 000 barils par jour (bj) en 2020, estime l’Organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport mensuel. Ce chiffre est inférieur de 230 000, soit de 19%, à celui prévu en janvier (1,22 million de barils par jour).

L’épidémie de coronavirus constitue un facteur d’incertitude supplémentaire pour le marché et nécessite donc une surveillance continue, ajoute le rapport.

L’Opep, la Russie (premier producteur mondial) et plusieurs autres pays réunis au sein de l’entente dite « Opep+« , appliquent depuis le 1er janvier un accord visant à réduire leur production totale de 1,7 million bj dans le but d’éviter une chute des cours.

L’Opep a appliqué cet accord au-delà des objectifs en janvier en réduisant ses propres pompages de 509 000 bj, à 28,86 millions, selon des sources extérieures citées par le rapport.

Le document explique ce dépassement, entre autres, par des interruptions involontaires de la production en Libye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *