Cameroun: le renouvellement de la concession d’Eneo toujours dans le suspense

Le concessionnaire du service public de distribution de l’électricité n’est pas encore fixé sur la demande anticipée de prorogation de son contrat de concession, devant expirer en 2021. Le ministère de l’Energie espère qu’il sera possible de “voir beaucoup plus clair” sur ce dossier en 2018

 

Le gestionnaire du service public de production et distribution de l’énergie, Eneo, attend encore l’issue de la demande anticipée de renouvellement de son contrat de concession.

Il nous sera possible de voir beaucoup plus clair en 2018 […] Notre objectif est d’établir cette visibilité le plus vite possible”, a indiqué le ministre de l’Eau et de l’Energie, Basile Atangana Kouna, le 31 janvier dernier à Yaoundé, lors de la cérémonie de présentation des voeux dans son département ministériel.

Le directeur général d’Eneo, Joel Nana Kontchou (photo), était présent à l’événement, ainsi que de nombreux autres directeurs généraux d’entreprises opérant dans le secteur de l’énergie et de sociétés publiques sous tutelle du Minee.

Fin septembre de l’année écoulée, Basile Atangana Kouna, optimiste, avait pourtant garanti publiquement la prorogation du contrat de concession d’ENEO “au plus tard le 15 octobre 2017”.  

La signature n’a pas été effective et le dossier est encore en cours. “Nous avons travaillé sur ce dossier l’année écoulée sous la supervision du Premier ministre, chef du gouvernement […] Notre objectif est d’établir cette visibilité le plus vite possible”, souhaite le Ministre.

La société Eneo, détenue majoritairement par le fonds d’investissement britannique Actis Energy, demande par anticipation la prorogation de son contrat de concession (qui arrive à échéance en principe en 2021) pour, officiellement, lever un emprunt à long terme de plus de 300 milliards de F CFA pour son programme d’investissement. Les prêteurs exigeraient d’avoir une durée de la concession qui couvre la durée du remboursement.

Par ailleurs, les promoteurs et les bailleurs de fonds de certains projets électriques en cours – à l’instar de Nachtigal Amont (420 MW) et de Makay (350 MW) – ont du mal à avancer sans la signature des contrats d’achat d’électricité avec le principal acheteur d’énergie produite au Cameroun: Eneo.

Le dossier Eneo fait également intervenir des services de la présidence de la République et du Premier ministre. Les pouvoirs publics étudieraient actuellement, entre autres, des options pour un découpage des zones de distribution.

La loi du 14 décembre 2011 régissant le secteur de l’électricité au Cameroun donne en effet la possibilité à l’Etat d’accorder la concession dans des “limites territoriales précises” et envisage également l’exercice, non pas d’un seul, mais “des gestionnaires des réseaux de distribution”.

Précision donnée par Basile Atangana le 31 janvier: le dossier Eneo, tout comme la fin du contrat d’affermage de la Camerounaise des eaux (CDE), sont des“dossiers aussi sensibles qu’importants” qui seront “méticuleusement” suivis au cours de l’exercice 2018.

Sur le point de la distribution d’eau potable en particulier, la CDE, constituée d’un consortium de sociétés marocaines, ne verra pas le renouvellement, par l’Etat du Cameroun, de sa concession de 10 ans, qui arrivera à son terme en mai 2018.

Eneo, pour sa part attend, encore l’issue de sa demande.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *