Cameroun: les recettes pétrolières effectivement collectées en 2017 en chute de 59,6 millions d’euros par rapport à 2016




Selon les données publiées par le ministère des Finances, le Cameroun a recouvré 385,9 milliards de F CFA de recettes pétrolières en 2017 contre un objectif de 455,1 milliards F CFA. En 2016, dans un contexte plus difficile, les réalisations se situaient à 425 milliards F CFA

 

La légère reprise des cours du baril de Brent de la mer du Nord – qui déterminent la valeur marchande des bruts commercialisés par le Cameroun – au cours de l’année 2017, par rapport à 2016, n’aurait pas été ressenti par ce pays d’Afrique centrale.

D’après la note sur l’ “Exécution budgétaire à fin décembre 2017”, rendue publique par le ministère des Finances le 12 avril dernier, le Cameroun a collecté 385,9 milliards de F CFA (environ 588,3 millions d’euros) de recettes pétrolières l’année écoulée; dont 319,4 milliards de F CFA au titre de la redevance SNH (reversée par la Société nationale des hydrocarbures) et 66,5 milliards de F CFA au titre de l’impôt sur les sociétés pétrolières (IS pétrole).

Cela représente un « taux de réalisation » de 84,8% par rapport aux prévisions de la loi de finances 2017 qui tablait sur des recettes pétrolières globales de l’ordre de 455,1 milliards de F CFA (près de 693,8 millions d’euros).

Ces résultats traduisent une baisse de 39,1 milliards de F CFA (-9,2%) par rapport à fin décembre 2016 où les recettes se situaient à 425 milliards de F CFA (environ 59,6 millions d’euros).

Le ministère des Finances justifie la différence entre les résultats de ces différents exercices par le “fait des effets du faible niveau des cours mondiaux du pétrole sur l’activité du secteur pétrolier”.

En 2017 cependant, les cours du Brent daté de mer du Nord affichaient une moyenne annuelle de 54 dollars par baril; contre 43 dollars/b l’année précédente.

Fin décembre, le ministère des Finances s’était d’ailleurs réjoui de cette situation, assurant que le Cameroun avait enregistré des recettes pétrolières en hausse de 42,6 milliards de F CFA sur les neuf premiers mois de l’année 2017 par rapport à la même période en 2016. Le Minfi justifiait cette hausse par la revalorisation des cours du pétrole brut sur le marché international, lesquels avaient connu une augmentation de “23,8% en glissement annuel, passant en moyenne de 42,1 dollars le baril sur les neuf premiers mois de 2016 à 52,1 dollars sur les neuf premiers mois de 2017”.

La tendance a changé… en un trimestre.

La loi de finances de la République du Cameroun, pour l’exercice 2018, fixe au secteur pétrolier, comme objectif, des revenus de l’ordre de 387 milliards F CFA (environ 589,9 millions d’euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *