Africa50 compte s’inspirer de l’expérience du parc solaire égyptien de Benban pour le programme Desert to Power de la BAD




Le fonds d’investissement dans les infrastructures est associé à Norfund et Scatec Solar dans 6 des 32 centrales du parc, pour une offre d’énergie de 390 MW

 

 

L’expérience du parc solaire de Benban peut être utilisée pour la mise en oeuvre du programme Desert to Power auquel est associé le fonds Africa50, estime la Banque africaine de développement.

Le parc solaire de Benban vise à permettre à l’Egypte de générer 20% de ses besoins en électricité à partir des énergies renouvelables, d’ici à 2022.

Benban est un important complexe abritant plus de sept millions de panneaux solaires photovoltaïques répartis sur une superficie de 37 km2, dans le désert occidental égyptien, près de la ville d’Assouan.

Le complexe, d’un investissement global de 4 milliards de dollars, a vocation à abriter 32 centrales solaires, pour une capacité installée de 1,5 à 2 gigawatts. Il devrait être le plus grand au monde une fois complètement achevé.

A Benban, Africa50 détient 25% des parts du consortium constitué en 2017 avec le Fonds nordique de développement (Norfund) et l’entreprise norvégienne Scatec Solar dans six centrales, pour une capacité de production de 390 MW.

Pour sa participation, le fonds a pu mobiliser environ 450 millions de dollars auprès de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), la Société néerlandaise de financement du développement (FMO), le Fonds vert pour le climat, la Banque islamique de développement et la société islamique pour le développement du secteur privé (SID).

Les six centrales, opérationnelles depuis 2019, bénéficient d’un contrat d’achat de l’électricité de 25 ans, signé en 2017 avec la Société égyptienne de transport de l’électricité (Egyptian Electricity Transmission Company en anglais, EETC).

Elles fournissent annuellement, selon les données officielles, 870 GWh, pour l’alimentation de 400 000 ménages; permettant d’éviter l’émission annuelle de 350 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Le Fonds Africa50 est un organe de financement des projets infrastructurels, mis sur pied par la Banque africaine de développement (BAD) en 2013. Il investit principalement dans les transports et l’énergie.

Africa50 a investi dans une douzaine de projets à travers le continent mais Benban est le premier à être complètement opérationnel, d’après Alain Ebobissé, le DG du fonds.

Le programme Desert to Power de la BAD, auquel est associé la plateforme d’investissement et qui voudrait mettre à profit l’expérience de Benban, est un programme qui vise à développer 10 GW d’énergie solaire à travers le Sahel d’ici à 2025, en vue de fournir l’électricité à 250 millions de personnes. L’initiative a été mise sur pied par la BAD en 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *