Cameroun: accord de la présidence de la République pour l’exploitation du bloc Matanda par Gaz du Cameroun et Afex




Les deux sociétés ont reçu le décret présidentiel entérinant la cession des droits de Glencore dans le bloc à leur profit. Glencore avait cédé sa participation (75%) à la filiale de Victoria Oil and Gaz en février 2016 et 15% à Afex Global en 2015

 

Le président de la République du Cameroun, Paul Biya, a signé, le 17 décembre 2018, un décret approuvant la cession des intérêts de Glencore dans le bloc Matanda à Gaz du Cameroun (GDC) et Afex Global, rapporte un communiqué publié par Victoria Oil and Gaz – maison-mère de GDC – mercredi 02 janvier 2019.

En février 2016, GDC avait racheté au trader suisse Glencore sa participation (75%) dans le bloc.

Au départ, Matanda était opéré par Glencore Exploration Cameroon Ltd, filiale de Glencore, qui avait signé, en avril 2008, un contrat de partage de production avec le gouvernement camerounais sur ce bloc qui s’étend sur une superficie de 1 235 kilomètres carrés, répartis sur terre (70% de la superficie totale) et en mer (en eau peu profonde) dans le bassin sédimentaire de Douala/Kribi-Campo.

Le britannique Afex Global, qui détenait initialement une participation de 10%, avait racheté 15% en décembre 2015, portant ses actions à 25% du total.

Le décret présidentiel approuvant la cession des actions de Glencore à GDC, entérine aussi l’opération menée entre Glencore et Afex Global.

GDC sera ainsi opérateur du contrat de partage de production signé pour le bloc, pour une première période de deux ans dès la notification du décret présidentiel; avec l’obligation de forer un puits d’exploration et de procéder au retraitement des données sismiques du bloc.

Entre 2008 et 2010, Glencore et Afex avaient recueilli 200 kilomètres carrés de relevés sismiques 3D autour du champ offshore Nord Matanda (North Matanda Field) – découvert en 1980 par Gulf Oil Corporation – et 150 kilomètres carrés de relevés sismiques 2D dans le nord de la partie située à terre. En mai 2013, Glencore avait foré un puits d’évaluation: le puits NM-3x, dans le champ Nord Matanda. D’après le communiqué du 02 janvier, trois puits offshore et un puits onshore déjà forés ont permis d’établir la présence de gaz et de condensats.

Le bloc Matanda est contigu au bloc Logbaba, et représente à peu près “60 fois” la superficie de ce dernier, selon VOG.

Des travaux menés par la société de services pétroliers et gaziers britannique ERCL (Exploration Reservoir Consultants) entre 2011 et 2014 ont conclu que les blocs Matanda et Logbaba (opéré par VOG) font partie de la même structure.

Pour VOG, il sera ainsi plus facile de distribuer le gaz naturel et les condensats issus de Matanda grâce à la proximité avec les installations développées pour la distribution des ressources de Logbaba.

Les ressources contingentes (2C) récupérables sont estimées par VOG à 150 milliards de pieds cubes de gaz et 06 millions de barils de condensats dans le champ Nord Matanda, ainsi que des ressources supplémentaires pouvant atteindre 1 TCF de gaz naturel (28,3 milliards de m3 de gaz).

La partie à terre du bloc Matanda, toujours d’après l’entreprise britannique, contient des ressources prospectives de gaz naturel en place estimées à au moins 1 303 milliards de pieds cubes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *