L’Ethiopie prévoit le démarrage de la production d’électricité du barrage GERD en juin 2021




Annonce du ministre éthiopien de l’Eau, de l’Irrigation et de l’Électricité, Selechi Bekele

 

 

Le barrage « Ennahdha » (Renaissance) commencera sa production d’électricité en juin 2021, a annoncé le ministre éthiopien de l’Eau, de l’Irrigation et de l’Électricité, Selechi Bekele.

L’annonce a été faite par le ministre lors d’une conférence animée le 25 novembre dernier au Collège universitaire de Londres (University College London), sur l’accélération du développement de l’énergie renouvelable pour répondre au besoin mondial en matière d’accès à l’énergie, a rapporté la radio-télévision éthiopienne Fana BC.

Le barrage « Ennahdha » (Renaissance), débutera sa production d’électricité en juin 2021, a-t-il fait savoir.

Il a souligné que l’Éthiopie n’a pas l’intention de produire de l’énergie pour la consommation locale seulement, mais veut également travailler avec les pays voisins, sur le bassin hydro-électrique de l’Afrique de l’Est, qui fournira de l’énergie à toute la région.

La Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour l’énergie durable pour tous et Coprésidente d’ONU-Énergie, Damilola Ogunbiyi, et des académiciens de renommé, ont assisté à la conférence, selon le ministère éthiopien de l’Eau, de l’Irrigation et de l’Électricité.

Le Grand barrage de la renaissance éthiopienne (Grand Ethiopian Renaissance Dam en anglais, GERD), construit sur le Nil bleu, est l’objet de tensions entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan. L’Égypte, dépendante des eaux du Nil pour environ 97% de son irrigation et de son eau potable, considère le GERD comme une menace « existentielle ».

Les travaux de construction du barrage, considéré comme le plus grand d’Afrique, ont démarré en 2011. Il devrait être complètement opérationnel en fournissant les 6 000 mégawatts prévus d’ici à 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *