Cameroun: GDC réduit de 72% l’estimation des réserves gazières exploitables à Logbaba




Les réserves 1P sur le site estimées à 19 milliards de pieds cubes de gaz au 1er janvier 2020, par rapport aux 68 milliards de pieds cubes de gaz identifiés au 1er janvier 2019

 

 

Gaz du Cameroun (GDC) détient des réserves prouvées 1P (dont les chances de récupération sont supérieures à 90%) de l’ordre de 19 milliards de pieds cubes de gaz dans le champ gazier Logbaba (Littoral-Cameroun), renseigne la mise à jour des activités du second trimestre publiée le 27 juillet dernier par Victoria Oil and Gas (VOG), maison-mère de GDC.

Cette estimation, au 1er janvier 2020, est en baisse de 72,06% par rapport aux données de GDC au 1er janvier 2019 dans le champ Logbaba, soit 68 milliards de pieds cubes.

“Les réserves 1P révisées, sans forage supplémentaire, fournissent encore plusieurs années d’approvisionnement”, explique la société.

“Le niveau des réserves prouvées soutiendrait une production aux niveaux actuels (en excluant l’électricité pour le réseau interconnecté)”, précise le document de VOG.

GDC ne fournit plus de gaz naturel depuis septembre 2019 à Eneo, qui absorbait plus de la moitié de la production gazière de Logbaba. La filiale de VOG se concentre actuellement sur une trentaine de petits clients industriels à Douala, avec la perspective de raccorder deux nouveaux d’ici à septembre 2020.

Le niveau des réserves à Logbaba est basé sur le stock actuel des puits, selon VOG qui indique que des puits supplémentaires dans des zones non forées du champ pourraient rehausser les réserves. Cependant, l’entreprise reconnaît qu’elle ne prévoit pas de plan de forages à court terme.

Le champ gazier Logbaba, principal actif de VOG au Cameroun, est un champ onshore (à terre) situé dans la région du Littoral et en production depuis 2012. Gaz du Cameroun y produit du gaz naturel qu’il distribue à Douala, via un pipeline d’environ 50 km (49,6 km précisément) qui dessert les zones industrielles de Bassa et Bonabéri.

L’association mise sur pied pour le volet amont (exploration-production) à Logbaba comprend: GDC, opérateur avec une participation de 57%; la compagnie américaine RSM (38%) et la Société nationale des hydrocarbures du Cameroun (SNH) qui détient une participation de 5%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *