Cameroun: la gestion du barrage hydroélectrique de Memve’ele formellement concédée à EDC




Le patrimoine du programme thermique d’urgence – qui était exploité par Eneo – également transféré à Electricity Development Corporation à la faveur du décret présidentiel du 04 mai 2020 réorganisant la société publique

 

Electricity Development Corporation (EDC), qui était principalement cantonnée à la gestion des barrages réservoirs, est rentrée, depuis le 04 mai 2020, dans la liste des potentiels producteurs d’électricité du Cameroun.

Un décret présidentiel publié en effet à cette date, portant réorganisation et fonctionnement de la société, attribue à EDC “le patrimoine des aménagements hydroélectriques de Lom Pangar, Mbakaou, Bamendjin, Mapé, Memve’ele ou tout autre”.

En ce qui concerne spécifiquement Memve’ele, le texte prescrit à EDC de “poursuivre et finaliser les activités de construction de l’aménagement hydroélectrique […] ou tout autre ouvrage de production dont la gestion lui est confiée par l’Etat”.

Le barrage de Memve’ele est situé à Nyabizan, localité de l’arrondissement de Ma’an, département de la Vallée du Ntem, dans la région du Sud. La construction de l’ouvrage, sur des fonds sino-camerounais, est achevée depuis juin 2017 mais l’énergie attendue (211 MW) de l’usine de production n’est pas encore disponible au poste de Nkolkoumou à Yaoundé, pour être injectée dans le Réseau interconnecté Sud (RIS).

Pour injecter une partie de l’énergie du barrage dans le réseau – environ 40 MW en avril 2019 -, il a été fait recours aux infrastructures du Projet de renforcement et d’extension des réseaux électriques de transport et de distribution (Preretd), piloté par EDC.

La construction du barrage avait été supervisée par l’unité de coordination du Projet d’aménagement hydroélectrique Memve’ele, coordonnée par Dieudonné Bisso. Cette unité souhaitait devenir un producteur indépendant d’électricité pour pouvoir vendre l’énergie de Memve’ele mais la présidence de la République avait opposé son refus au projet au courant du premier semestre 2019, préférant plutôt transférer l’ouvrage à EDC.

Electricity Development Corporation, qui dispose donc actuellement des instruments légaux pour prendre en main le projet au stade laissé par l’unité de Dieudonné Bisso, va terminer les travaux de Memve’ele, assurer l’exploitation et vendre l’énergie qui y sera produite.

Electricity Development Corporation est le gestionnaire du patrimoine de l’Etat, dans les domaines du stockage d’eau et de la production d’électricité, en dehors de ce qui est dévolu à d’autres opérateurs.

Le décret présidentiel du 04 mai 2020 attribue aussi à EDC le patrimoine du Programme thermique d’urgence (PTU), qui est doté de plusieurs centrales thermiques à travers le territoire. Ce patrimoine, explique le DG d’EDC, Théodore Nsangou, “était un investissement mis à la disposition  d’Eneo à un franc symbolique parce qu’il y avait  une défaillance au niveau du système électrique.”

A noter, toujours selon les dispositions du décret présidentiel, qu’EDC pourra, à la demande de l’Etat, “suppléer, à titre transitoire, à la défaillance de tout opérateur ou de tout exploitant dans le secteur de l’électricité, en vue d’assurer la continuité du service public”.

Autre nouveauté importante apportée dans les missions de la société publique, à travers le texte du 04 mai, le pilotage d’études et le rôle d’appui-conseil du gouvernement aux projets hydroélectriques. “En la matière, nous agirons comme une sorte de bureau d’étude de l’Etat afin d’éviter le recours à des consultants extérieurs ne maîtrisant pas notre environnement  énergétique”, selon les précisions de Théodore Nsangou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *