Sénégal: les centrales solaires mises en service à Kael et Kahone vont alimenter près de 540 000 personnes en électricité (IFC)




Les deux centrales de 60 MWac ont été développées dans le cadre du programme Scaling Solar

 

Les communes de Kael (région de Diourbel) et Kahone (région de Kaolack), à l’ouest du Sénégal, abritent deux centrales solaires de 60 MWac (unité de mesure en courant alternatif) à même de fournir de l’énergie à “près de 540 000 personnes”, selon la Société financière internationale du Groupe de la Banque mondiale (IFC).

Elles permettront d’éviter le rejet dans l’atmosphère de 89 000 tonnes de carbone chaque année et fourniront officiellement l’énergie à des tarifs respectifs de 3,98 et 3,80 centimes d’euro par kilowattheure. 

Les deux centrales “ont été mises en service le mois dernier”, a annoncé l’IFC sur son site le 1er juin. Elles ont été développées par les sociétés françaises Engie et Meridiam, aux côtés du Fonds souverain d’investissements stratégiques du Sénégal (Fonsis).

Les 38 millions d’euros requis pour le financement ont été apportés par l’IFC, le Programme de financement mixte de la Finlande et de l’IFC pour l’action climatique, la Banque européenne d’investissement (BEI) et Proparco (filiale de l’Agence française de développement dédiée au secteur privé). L’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), du Groupe de la Banque mondiale, a aussi émis 6,9 millions d’euros de garanties pour soutenir l’initiative contre les risques non commerciaux pour une durée maximale de 15 ans.

Les centrales ont été développées dans le cadre du programme Scaling Solar. Il s’agit d’une initiative lancée par la Banque mondiale pour permettre le développement de centrales solaires à moindre coût dans les pays en développement. Elle se présente sous forme d’un “guichet unique” offrant une palette de services: assistance technique, documentation standardisée, financements pré-approuvés, instruments d’assurance et de garantie.

Elles ont également bénéficié des soutiens de l’initiative américaine Power Africa, du gouvernement des Pays-Bas, de la Fondation Rockefeller et de la direction générale des partenariats internationaux de la Commission européenne (Devco).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *