RDC: des contrats de concession signés avec un consortium pour l’électrification des villes de Gemena, Bumba et Isiro




Les contrats ont été signés au profit de Gridworks, Eranove et AEE pour la construction de centrales hybrides solaire-diesel dans les trois villes

 

Le ministère des Ressources hydrauliques et de l’Electricité de la République démocratique du Congo a signé trois contrats de concession avec un consortium pour développer, construire et opérer trois services publics d’électricité hors réseau, a informé Gridworks – à la tête dudit consortium – le 03 juin. 

Les systèmes hybrides solaire-diesel prévus par ces contrats de concession sont envisagés dans les villes de Gemena, Bumba et Isiro situées au nord du pays. La durée de la concession est de 22 ans. Un demi-million d’habitants devraient bénéficier de l’électricité avec la mise en œuvre de ces centrales.

Le consortium de Gridworks inclut le groupe français Eranove et la société de construction espagnole AEE Power. Gridworks est une plateforme de développement et d’investissement soutenue par l’institution de financement du développement du gouvernement britannique CDC Group.

Les centrales seront développées dans le cadre du projet gouvernemental Essor A2E. L’énergie sera distribuée dans les trois villes du projet par la société Moyi Power, que Gridworks compte créer à cette fin. 

“Moyi Power anticipe initialement le déploiement de 27 MW de capacité photovoltaïque, 79 MWh de stockage par batterie et de 8 MW de générateurs diesels pour connecter plus de 23 000 clients sur les 5 premières années. Moyi Power prévoit de doubler cette capacité tous les 3 à 5 ans”, d’après les détails fournis par Gridworks.

Le projet a un coût d’investissement global d’environ 100 millions de dollars américains. 

Le consortium compte à présent passer aux études de faisabilité détaillées et à la recherche de financements. Pour la structuration du financement, Gridworks table sur un mix comprenant des capitaux propres, des fonds sous forme de dette et des subventions des bailleurs de fonds. 

“Le consortium est en discussion pour les financements par dette avec Emerging Africa Infrastructure Fund et la Banque Africaine de Développement (BAD). Pour les subventions, le consortium est en discussion avec Private Infrastructure Development Group (PIDG), la Fondation Rockefeller et le Fonds pour l’énergie durable en Afrique géré par la BAD. La BAD et le PIDG ont aussi participé à la structuration de la transaction durant le processus d’appel d’offres”, d’après les indications de Gridworks.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *