Des projets de centrales solaires pilotés par Voltalia et Total parmi les contrats de la visite d’Emmanuel Macron au Kenya




Le projet de Voltalia, plus avancé, et d’une capacité de 40 MW, a bénéficié d’un contrat de 70 millions d’euros à la faveur de la visite, les 13 et 14 mars, du président français au Kenya

 

La France a signé pour deux milliards d’euros de contrats au Kenya, à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron dans ce pays d’Afrique de l’Est les 13 et 14 mars. Parmi ces contrats, le plus important, de 1,6 milliard sur 30 ans, concerne l’attribution de la concession d’une autoroute à un consortium mené par Vinci, a annoncé l’Elysée jeudi, 14 mars.

Concernant le secteur de l’énergie, la construction d’une centrale solaire (40MW) a été attribuée à Voltalia (Nandi) pour un montant de 70 millions d’euros. Le projet de construction d’une autre centrale solaire par Total est lui en cours de finalisation.

Une feuille de route sur « l’économie bleue » a également été signée. Elle comprend le programme de surveillance et d’intervention côtière et maritime porté par le consortium OCEA, Airbus Helicopter et Airbus DS pour un montant de 200 millions d’euros.

En amont de cette visite, Paris avait évoqué le chiffre de trois milliards d’euros de contrats dans les secteurs du transport, des infrastructures, de l’énergie et de la ville durable.

« L’écart entre les deux et trois milliards, ce sont les contrats qui sont encore en cours de finalisation et qui ne sont pas encore signés », a expliqué une source à la présidence française. Dans tous les cas, « on est sur des montants très significatifs. Le Kenya en terme d’exportations (françaises), c’est 150 millions d’euros, c’est très peu, là on est sur deux milliards d’euros donc c’est historique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *