Pour le renouvellement du contrat du gazoduc GME avec le Maroc, l’Algérie « verra » d’ici au 31 octobre




Affirmation faite par le président algérien le 10 octobre. A la question d’un journaliste sur ce gazoduc, Abdelmadjid Tebboune a toutefois soutenu: « l’Espagne ne sera plus approvisionnée en gaz via le GME. Nous n’avons plus besoin de ce gazoduc »

 

L’Algérie « n’a pas encore pris de décision » définitive sur la reconduction du contrat d’utilisation du gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui doit expirer le 31 octobre, a indiqué dimanche soir le président Abdelmadjid Tebboune (photo).

« Le contrat qui nous lie court jusqu’au 31 octobre. D’ici là, on verra », a répondu M. Tebboune à un journaliste qui lui demandait s’il « n’y aura(it) plus de gaz algérien au Maroc », après l’expiration du contrat du gazoduc GME desservant l’Espagne via le territoire marocain. « L’Espagne ne sera plus approvisionnée en gaz via le GME. Nous n’avons plus besoin de ce gazoduc », a précisé M. Tebboune.

Selon le président algérien, toutes les livraisons de gaz algérien à l’Espagne se feront désormais via le gazoduc sous-marin Medgaz, qui opère déjà au maximum de sa capacité de 8 milliards de m3 par an, soit la moitié des exportations algériennes annuelles vers ce pays et le Portugal. « Nous nous sommes entendus avec l’Espagne pour que s’il y a un quelconque dysfonctionnement, tous nos bateaux vont se diriger vers l’Espagne pour lui livrer du gaz naturel liquéfié », a assuré le président Tebboune.

Depuis 1996, l’Algérie expédie vers l’Espagne et le Portugal environ 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an via le GME (Gaz Maghreb Europe) mais ce contrat est menacé par l’escalade des tensions entre Algérie et Maroc. En contrepartie du transit du gazoduc sur son territoire, Rabat reçoit annuellement près d’un milliard de m3 de gaz naturel, ce qui représente 97% de ses besoins. La moitié sont des droits de passage payés en nature, l’autre du gaz acheté à un prix avantageux, selon les experts du secteur.

Alger affiche depuis fin août son intention de fermer le robinet le 31 octobre.

Fin août, l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, invoquant des « actions hostiles » du royaume, une décision « complètement injustifiée », selon Rabat. La crise a éclaté peu après la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, en échange de la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. Alger, qui appuie les indépendantistes sahraouis du Front Polisario, répète régulièrement de son côté son soutien à la « cause palestinienne ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *