Ouganda: décision finale d’investissement pour les projets pétroliers Tilenga, Kingfisher et EACOP




Le groupe français TotalEnergies, le chinois CNOOC et leurs partenaires ont mobilisé les 10 milliards de dollars requis pour la mise en oeuvre des deux projets d’exploitation de pétrole ainsi que l’oléoduc d’Afrique de l’Est qui reliera l’Ouganda à la Tanzanie. Début de l’exploitation envisagé en 2025

 

Le groupe français TotalEnergies a annoncé, le 1er février, avoir conclu avec l’Ouganda, la Tanzanie et le géant pétrolier chinois CNOOC un accord d’investissement de 10 milliards de dollars, dans le cadre du mégaprojet d’exploitation du pétrole ougandais qui comprend Tilenga, Kingfisher et le projet EACOP.

« Aujourd’hui, nous nous engageons à investir 10 milliards de dollars dans les projets Tilenga et Kingfisher et de l’oléoduc long de 1 443 kilomètres » reliant l’Ouganda à la Tanzanie, a déclaré Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies, lors d’une cérémonie officielle dans la capitale ougandaise Kampala.

Cette décision finale d’investissement (FID) a été signée 16 années après la découverte de réserves pétrolières dans la région du lac Albert, dans l’ouest de l’Ouganda.

« À partir d’aujourd’hui, avec la FID, le projet va entrer pleinement dans la phase de construction », a assuré M. Pouyanné.

Le président de CNOOC Ouganda, Chen Zhuobiao, a lui qualifié la journée d’« incroyable ». « Un tel moment était attendu depuis longtemps pour ce secteur », a-t-il dit.

La découverte de ce pétrole a suscité l’espoir au sein des autorités ougandaises de voir leur pays se transformer en eldorado pétrolier.

Sous les eaux et sur les rives du lac Albert, barrière naturelle de 160 km de long séparant l’Ouganda de la République démocratique du Congo, reposent l’équivalent de 6,5 milliards de barils de brut, dont environ 1,4 milliard récupérables dans l’état actuel des découvertes.

Les réserves de l’Ouganda peuvent durer entre 25 et 30 ans avec un pic de production estimé à 230 000 barils par jour.

Dans un communiqué, TotalEnergies a précisé que les projets Tilenga, qu’il opérera, et Kingfisher, sous la responsabilité de CNOOC, « devraient rentrer en production en 2025 ».

En aval, un oléoduc chauffé baptisé East African Crude Oil Pipe Line (EACOP) doit acheminer ce brut depuis l’Ouest de l’Ouganda jusqu’au port tanzanien de Tanga, sur l’océan Indien.

Dans son communiqué, TotalEnergies souligne également la signature, avec les autorités ougandaises, d’un protocole d’accord (MOU) pour le développement d’énergies renouvelables, avec un objectif fixé à 1 000 mégawatts.

Fin 2020, les capacités électriques de l’Ouganda totalisaient environ 1 200 mégawatts, selon les autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *