Nigeria: le développement du champ offshore Egina a permis à TechnipFMC de remporter plus d’un milliard de dollars de contrats




L’entreprise franco-américaine a assuré la réalisation de l’intégralité du système de production sous-marine des 44 puits du champ pétrolier. Egina est en production depuis la fin d’année 2018

 

Le groupe de services pétroliers TechnipFMC a remporté plus d’un milliard de dollars de contrats dans le cadre du développement du champ pétrolier offshore Egina, en production depuis la fin d’année 2018, a appris Energies Media dans une annonce du groupe.

L’exploitation du champ est assuré par une unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO), d’une capacité de stockage de 2,3 millions de barils de pétrole, relié à 44 puits sous-marins situés à 1 600 mètres de profondeur.

Le gisement Egina est situé dans le bloc OML 130, à 150 km des côtes du Nigeria, à quelques kilomètres du champ d’Akpo et de la découverte de Preowei. Akpo est en production depuis 2009; tandis qu’une décision d’investissement est attendue sur Preowei courant 2019.

Le principal contrat de TechnipFMC sur le champ Egina, “d’un montant supérieur à 1 milliard de dollars”, a été attribué par Total et signé en juin 2013. Le contrat portait sur la réalisation de l’intégralité du système de production sous-marine (SPS) des 44 puits du champ, ainsi que des conduites flexibles.

Le mois suivant, l’entreprise signait d’autres contrats pour l’“approvisionnement en lignes flexibles” et la “fourniture des ombilicaux à tubes d’acier.”

“La fabrication a eu lieu en Norvège et en Écosse. L’ingénierie et la construction du système de production sous-marin ont été réalisées au Nigeria [Port Harcourt, NDLR], précise TechnipFMC dans un communiqué.

La mise en production d’Egina a eu lieu le 29 décembre 2018 avec un objectif de 200 000 barils/jour – estimation au plateau -, l’équivalent de 10% de la production du Nigeria. Les réserves du champ sont estimées à 550 millions de barils.

Le gisement Egina a été découvert en 2003. Il est exploité par Total, opérateur du bloc OML 130 avec une participation de 24%; en partenariat avec la compagnie nationale nigériane NNPC, la compagnie nigériane South Atlantic Petroleum (SAPETRO, 15%), la chinoise CNOOC (45%) et la brésilienne Petrobras (16%).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *