Nicosie et Le Caire scellent l’accord pour la construction du gazoduc Chypre – Egypte




L’accord a été conclu mercredi, 19 septembre, à Nicosie, capitale de Chypre. Le pipeline transportera du gaz naturel depuis le gisement offshore « Aphrodite » jusqu’en Égypte, qui le transformera en gaz naturel liquéfié avant sa réexportation vers l’Europe

 

Chypre et l’Égypte ont conclu un accord mercredi, 19 septembre, devant permettre la construction du premier pipeline sous-marin transportant du gaz naturel chypriote à travers la Méditerranée, vers l’Égypte, avant sa réexportation vers l’Europe.

« La signature d’aujourd’hui marque un tournant, pas seulement pour Chypre mais aussi pour toute la Méditerranée orientale », a affirmé le ministre chypriote de l’Énergie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme George Lakkotrypis (photo, d), à l’issue de la visite du ministre égyptien du Pétrole, Tarek el-Molla (photo, g).

Le pipeline devra transporter du gaz naturel depuis le gisement chypriote offshore « Aphrodite » jusqu’en Égypte, qui le transformera en gaz naturel liquéfié (GNL). « Il est avant tout question d’un pipeline européen, dont l’objectif est d’acheminer du gaz naturel chypriote vers l’Égypte, avant de le ré-exporter vers l’Europe sous la forme de gaz naturel liquéfié », a précisé M. Lakkotrypis.

En 2011, la firme américaine Noble Energy a été la première à découvrir du gaz au large de Chypre, dans le champ Aphrodite (bloc 12), dont les réserves sont estimées à 127,4 milliards de mètres cubes de gaz. Le bloc 12 a été déclaré commercialement viable mais son exploitation n’a toutefois pas encore commencé.


Lire aussi: Accord pour la construction d’un gazoduc sous-marin entre l’Egypte et Chypre

Le consortium en charge d’Aphrodite, qui comprend le Néerlandais Shell et l’Israélien Delek en plus de Noble Energy, entend renégocier les termes du contrat avec le gouvernement chypriote avant de commencer l’exploitation. Selon le ministre chypriote, cet accord, « le premier du genre », permettra d’attirer des investissements de plusieurs milliards de dollars dans la construction d’infrastructures.

Un comité conjoint doit être créé dans les 30 prochains jours afin de superviser ce projet, soutenu par l’Union européenne qui cherche à diversifier ses sources d’énergie.

En 2015, la découverte d’immenses réserves de gaz dans le gisement égyptien « Zohr« , non loin de Chypre, avait suscité l’espoir que de nouvelles richesses puissent être extraites au large de l’île méditerranéenne.

Nicosie souhaite que l’acheminement de son gaz vers l’Egypte débute en 2022 mais l’avancement du projet dépend désormais des accords commerciaux devant être conclus avec les investisseurs. Il s’agirait des premiers revenus issus du gaz naturel pour Chypre, qui a également délivré des permis d’exploration d’hydrocarbures au Français Total, à l’Italien ENI et à l’Américain ExxonMobil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *