L’italien Eni va importer du gaz naturel liquéfié à partir du Congo-Brazzaville




Le groupe énergétique italien et le gouvernement congolais ont signé une lettre d’intention visant à augmenter la production et l’exportation du gaz à partir de la République du Congo. Le début de la production envisagé en 2023. L’usine pourra produire quelque quelque 3 millions de tonnes par an de GNL, soit annuellement plus de 4,5 milliards de mètres cubes

 

Le directeur général du groupe énergétique italien Eni, Claudio Descalzi, a signé le 21 avril à Brazzaville une lettre d’intention pour augmenter la production et l’exportation de gaz à partir du Congo; ainsi que la promotion d’initiatives de transition énergétique (production de matières premières pour les biocarburants, méthodes de cuisson propres, capture et stockage du CO2, conservation des forêts). La lettre d’intention a été signée avec le ministre congolais des Hydrocarbures, Bruno Jean Richard Itoua.

L’accord prévoit le développement d’un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) dont le démarrage est envisagé en 2023. L’usine aura la capacité de produire plus de 3 millions de tonnes par an de GNL soit un peu plus de 4,4 milliards de mètres cubes par an.

Cette production dépassant « les besoins du marché intérieur du Congo », Eni compte principalement exporter en Italie le GNL qui sera produit par l’usine.

« Aujourd’hui nous avons signé un accord crucial avec la République du Congo pour augmenter la fourniture de gaz à notre pays. Un autre résultat, après l’accord conclu en Algérie et celui d’hier en Angola », a écrit sur Facebook Luigi Di Maio, ministre italien des Affaires étrangères.

« L’engagement de l’Italie continue pour réagir avec rapidité à la crise énergétique et diversifier les sources d’approvisionnement énergétique. Protéger les entreprises et les familles italiennes est pour nous un objectif primordial », a-t-il expliqué.

Toujours le 21 avril à Brazzaville, Jean-Claude Gakosso et Roberto Cingolani, respectivement ministre congolais des Affaires étrangères et ministre italien de la Transition écologique, ont signé une déclaration d’entente relative à la coopération dans le domaine de l’énergie entre leurs deux pays.

Depuis le lancement de l’opération militaire de la Russie en Ukraine, l’Italie s’est lancée dans une offensive diplomatique en Afrique pour sortir de sa dépendance au gaz russe: l’Algérie et l’Égypte avant Pâques, le Congo et l’Angola cette semaine, et le Mozambique en mai.

Eni renvendique être le principal opérateur présent dans la valorisation des ressources gazières du Congo. Le groupe italien fournit le gaz utilisé à la Centrale électrique du Congo (CEC), qui assure environ 70% de l’offre en électricité dans le pays d’Afrique centrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *