Energies renouvelables: les objectifs nationaux des pays d’Afrique de l’Ouest dépasseront l’objectif régional fixé par la Cedeao d’ici à 2030 (Irena)




L’Agence internationale pour les énergies renouvelables estime, dans une étude publiée en novembre, que l’objectif de 31% fixée par la Cedeao en 2013 sera atteint dès 2025. La région pourrait avoir 38% de renouvelables dans la production totale d’ici à 2030

 

Les objectifs nationaux des différents pays d’Afrique de l’Ouest généreront “les plus grandes parts de nouvelles capacités” de production d’énergies renouvelables d’ici à 2030, affirme l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (International Renewable Energy Agency en anglais, Irena) dans un rapport consacré à l’Afrique de l’Ouest.

Dans l’étude « Planification et perspectives pour les énergies renouvelables: Afrique de l’Ouest », publiée en novembre 2018, l’Agence basée à Abou Dhabi indique que “les objectifs nationaux dépassent bel et bien l’objectif régional de 31% de production d’énergies renouvelables pour 2030, cinq ans plus tôt que prévu, donnant lieu à une part de 38% d’énergies renouvelables dans la production totale régionale d’ici à 2030.”

Source: IRENA (2018), Planification et perspectives pour les énergies renouvelables: Afrique de l’Ouest, Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), Abou Dhabi

Pour rappel, les 15 Etats d’Afrique de l’Ouest ont adopté, en juillet 2013, la Politique d’énergies renouvelables de la Cedeao (PERC). Ce document prescrit un objectif régional de 35% d’énergies renouvelables – objectif lié à la pénétration des renouvelables – dans le mix énergétique d’ici 2020 et 48% d’ici à 2030, en incluant les grandes centrales hydroélectriques. Quant à l’objectif de production des renouvelables, il se situe à 23% du total de la production en 2020 et 31% d’ici à 2030.

Pour réviser ces objectifs en tenant compte des objectifs par pays, l’Irena s’est inspirée d’une actualisation du Modèle de test de planification de système pour l’Afrique de l’Ouest (SPLAT-W), une application conçue par l’agence. Les données utilisées pour l’actualisation de l’application proviennent “de discussions et de contributions intervenues au cours de sessions de formation sur SPLAT-W qui se sont déroulées à Dakar (Sénégal) en 2015 et en 2016.”

A l’issue de l’adoption du PERC, chaque Etat membre de la Cedeao avait été invité à élaborer un plan d’action national en matière d’énergies renouvelables (NREAP) devant aider à réaliser l’objectif régional. Le plan devait prendre en compte les bouquets énergétiques futurs.

Dans le cadre de son étude 2018, l’Irena a donc développé trois scénarios : un scénario dit “de référence”, un scénario “objectif régional de la PERC” et un scénario “objectifs nationaux”.

« Les énergies renouvelables non hydroélectriques constituent le premier facteur des nouvelles capacités supplémentaires dans tous les scénarios au milieu ou à la fin des années 2020, le solaire photovoltaïque, l’énergie éolienne et la biomasse procurant 23% de la production totale régionale d’ici à 2030 dans le scénario “Objectifs nationaux” », note l’Irena.

Source: IRENA (2018), Planification et perspectives pour les énergies renouvelables: Afrique de l’Ouest, Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), Abou Dhabi.

« Selon le scénario analysé, la quantité de solaire photovoltaïque dans la région de la Cedeao passera de de 8 gigawatts (GW) à plus de 20 GW à l’horizon 2030, ce qui implique un déploiement annuel moyen de 1,5 GW dans le cadre du scénario “Objectifs nationaux” », complète l’Agence.

La Cedeao compte 15 pays : Bénin, Cap Vert, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *