Cameroun: tests de “marche probatoire” avant la réception partielle du barrage de Mekin (15MW)




Des ingénieurs et techniciens de la China National Electric Engineering Corporation (CNEEC) arrivent au Cameroun cette semaine pour mener les tests ultimes des ouvrages du barrage de Mekin (sud du pays), du 10 au 25 mars

 

Des ingénieurs et techniciens chinois de la China National Electric Engineering Corporation (Cneec) – entreprise qui a executé le marché de la construction du barrage hydroélectrique de Mekin (15 MW) – arrivent au Cameroun cette semaine pour procéder aux tests de “marche probatoire” de l’ouvrage, a appris Energies-Media auprès de la société du projet.

Lesdits tests sont prévus du 10 au 25 mars 2018. S’ils sont concluants, Hydro-Mekin, la société du projet, espère que la réception provisoire pourra être faite entre le 28 et le 30 mars avant une “connection en îlotage” qui devrait être mise en place dès le 1er avril 2018.

Les tests ont pour objet de s’assurer que les trois groupes de 5 MW chacun peuvent fournir l’énergie sur les lignes sans coupure excédant 04 heures. “Au-delà, il faudra recommencer les tests”, explique le directeur technique de Hydro-Mekin, Charles Nkwawir Shiynteng.

Les trois groupes sont en fonctionnement (alternativement) depuis janvier 2017. Ils alimentent les auxiliaires de la centrale, la cité du maître d’ouvrage et le camp de l’entreprise Cneec.

Des tests préalables en charge ont donc déjà été effectués sur les trois groupes “avec succès”; mais la marche probatoire de ces derniers est perturbée par l’instabilité du réseau de distribution d’ENEO, révèle Hydro-Mekin. Poteaux défectueux, isolateurs abimés, câbles à terre, etc. Hydro-Mekin assure que les tests pour le transport de l’énergie à la station de Nyom Yekombo ont été à chaque fois contrariés par des problèmes sur les lignes électriques du concessionnaire de la distribution d’énergie.

© hydromekin.cm

Une solution de fonctionnement de la centrale de Mekin en mode îloté a été choisie pour permettre la marche probatoire des groupes pendant 72 heures continues par groupe”, informe Hydro-Mekin. 

Conséquence directe de cette formule: au moment de la réception provisoire, la centrale ne pourra pas fournir sa pleine puissance; en attendant les travaux qui seront suggérés dans les études d’interconnexion qui devraient être menées cette année. “La puissance de pointe ne pourra être que de 13,5 MW”, confie le directeur technique de la société du projet. La puissance installée (15 MW) ne pourra être exploitée optimalement qu’à partir de 2019, si les études d’interconnexion sont menées à temps.  

De petites villes comme Mbalmayo, Sangmélima, Zoetele, entre autres, seront toutefois déjà connectées dès la mise en service en îlotage; en attendant l’intégration complète dans le Réseau Interconnecté Sud (RIS), soumise aux recommandations des études d’intégration.

La construction du barrage hydroélectrique de Mekin, situé sur le fleuve Dja, dans l’arrondissement de Meyomessala, département du Dja et Lobo, région du Sud, a été lancée en mars 2012 sous forme d’un contrat de construction clé en main (EPC) accordé à Cneec. La durée initiale des travaux était de 36 mois.

Selon les chiffres officiels, le coût total du projet a été arrêté à 25,7 milliards de F CFA (environ 392 millions d’euros), financement fourni par Exim Bank of China (75%) et l’Etat du Cameroun (25%). Les fonds de la partie chinoise représentent un prêt concessionnel accordé au Cameroun sur 20 ans avec 04 ans de différé, à un taux d’intérêt de 2%.

© hydromekin.cm

Aménagement hydroélectrique de Mekin

L’aménagement du projet comprend la construction du barrage avec une usine de pied d’une puissance installée de 15 MW et ses structures associées; la mise en place d’une ligne d’évacuation d’énergie de 110 kV sur 33,1 km le long de Mekin jusqu’au lieu-dit Nyom Yekombo, station d’interconnexion au RIS.

A cela, il faut également ajouter une voie d’accès de 12,6 km et l’ “enlèvement du bois dans la zone noyée sur près de 1 500 ha avec priorité sur 4 000 ha”.

Ce dernier point, tout comme le recasement des populations affectées par le barrage et la réhabilitation des ponts noyés par les eaux – pont sur le Dja à Ngalla et pont sur le Lobo à Assok -, la réhabilitation du réseau routier amont sont des questions encore critiques.

“La réception technique de tous les ouvrages est effective depuis le 19 juillet 2017”, nous apprend-on tout de même à Hydro-Mekin.

Après la réception provisoire, Cneec devrait assurer la maintenance et la garantie de l’ouvrage pendant un an, avant la réception complète.

Energies-Media a appris qu’Hydro-Mekin a déjà envoyé à cet effet une demande d’autorisation au ministère des Marchés publics (Minmap), pour la formalisation de l’accord de maintenance dans une procédure de gré à gré.

Selon les documents officiels, le barrage de Mekin a pour objectif de “garantir la stabilité de fonctionnement de la partie australe du RIS d’une part; et d’autre part: assurer le fonctionnement en réseau séparé pour l’alimentation de divers arrondissements: Bengbis, Meyomessi, Djoum, Mintom, Oveng et environs (Endom, Somalomo, Mvangan et Nkolmetet entre autres)”.

Reaction(s) :

    1. M. Defo Kamga, vous pouvez vous rapprocher de leurs bureaux pour demander les modalités. Hydro-Mekin est situé à Yaoundé, quartier Etoa-Meki, près de Tou’Ngou Hôtel, dans le bâtiment voisin de la direction générale de Express Union.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *