Cameroun: le renforcement du réseau de distribution d’électricité a démarré




Des équipes d’Eneo sont sur le terrain depuis le mois de février pour remplacer les câbles moyenne tension actuels par des câbles d’une plus grande capacité de transit

 

Nkoabang: localité située à l’entrée est de Yaoundé, dans la commune de Nkolafamba, région du Centre. En cette matinée du 13 mars, à une centaine de mètres du lieu dit “11e arrêt”, des techniciens d’un sous-traitant d’Eneo – concessionnaire de la distribution d’électricité – s’attèlent à installer des lignes aériennes sur des poteaux apprêtés pour la circonstance. Le périmètre de sécurité déployé autour du chantier renseigne bien les riverains que les travaux sont peut-être la cause de la suspension d’électricité dans leur secteur.

“Ici, nous remplaçons les câbles actuels, d’une section de 34 millimètres carrés (mm2), par des câbles dont la section des conducteurs est de 148 mm2 afin d’améliorer le transit de l’énergie et les échanges entre les postes de transformation”, précise Jean Jacques Gwet – chef du projet de renforcement du réseau de distribution de Yaoundé – à Energies Media.

Eneo remplace les câbles actuels (à gauche) par des câbles de plus grande section (à droite) © Energies-media.com

A Tsinga, dans la commune de Yaoundé II, où Energies Media a pu également voir des techniciens à l’oeuvre, les câbles souterrains d’une section de 150 mm2 sont remplacés par de plus grands câbles d’une section de 250 mm2. Mais ici, point n’est besoin de couper l’électricité pendant les travaux. Les nouveaux câbles sont déployés à proximité des anciens sans suspendre au préalable ces derniers. Après l’installation des câbles dans les tranchées, Eneo prévoit d’effectuer des coupures d’électricité juste le temps de raccorder les nouveaux aux différents postes de transformation.

Comme à Nkoabang et à Tsinga, Eneo mène actuellement des travaux similaires dans de nombreux autres quartiers de Yaoundé, ainsi qu’à Douala. Dans le cadre du projet de renforcement du réseau de distribution, il s’agit de remplacer les lignes actuelles, qui ne supportent plus la demande d’électricité dans des localités où l’urbanisation n’a pas été suivie par le développement d’infrastructures énergétiques appropriées. En plus des lignes, il est également prévu le remplacement des supports (poteaux) bois par des supports en béton.

Les travaux en cours, qui concernent aussi bien les lignes aériennes que les lignes souterraines, font partie du programme d’investissement d’Eneo pour l’année 2019. Les travaux devraient durer moins de cinq mois et toucher en tout, à Yaoundé, 62,6 km de réseaux aériens et 31,8 km de réseaux souterrains. A ce jour, les travaux sont déjà réalisés à hauteur de 25% selon M. Gwet.

Les travaux concernent aussi bien les réseaux aériens que les réseaux souterrains © Energies-media.com

Les travaux devraient générer de nombreux gains, parmi lesquels la réduction du phénomène d’échauffement des câbles et les pertes en énergie sur le réseau. Au niveau des consommateurs, l’impact sera perceptible par exemple à travers la réduction des situations de baisse de tension.

En plus de l’amélioration de la qualité de service qui est attendue, Eneo envisage aussi que la “sécurisation de l’alimentation électrique par le renforcement de la ceinture électrique” permettra “un développement de la ville dans les zones périphériques en forte extension en ce moment”.

Les derniers travaux du genre datent de près de 25 ans.

Eneo, entité contrôlée par l’investisseur britannique Actis dispose d’un budget d’investissement de 47,3 milliards de FCFA (environ 72,2 millions d’euros) pour l’année 2019, dont 26,2 milliards de FCFA dédiés au renouvellement, au renforcement, à la sécurisation et aux extensions des réseaux de distribution d’énergie électrique dans les deux capitales du Cameroun: Yaoundé et Douala.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *