Burkina Faso: Bachir Ismael Ouedraogo remplace Alpha Oumar Dissa au ministère de l’Energie




C’est à la faveur d’un remaniement ministériel intervenu mercredi, 31 janvier. le ministre sortant aura passé deux ans en poste. Les défis du nouveau ministre dans le secteur de l’énergie

 

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a procédé à un remaniement ministériel mercredi, 31 janvier, en soirée. Ce remaniement voit l’entrée de 12 nouveaux ministres et compte 33 membres contre 32 pour le précédent.

Dans la liste des départs: le Pr Alpha Oumar Dissa, qui cède sa place au Dr Bachir Ismael Ouedraogo (photo) à la tête du ministère de l’Energie.

Le ministre sortant, nommé en janvier 2016, aura passé deux années en poste. Alpha Oumar Dissa est professeur de physique dans les spécialités: thermique, thermique solaire, risques industriels, génies des procédés.

Le nouveau ministre burkinabé de l’Energie est titulaire d’un doctorat en Economie des énergies renouvelables et Changement climatique de l’université de Manchester (Angleterre) et enseignait, avant sa nomination, à l’Institut d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE), à Ouagadougou.

Depuis 2015, il est par ailleurs député sous les couleurs du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti au pouvoir.

Bachir Ismael Ouedraogo a donc désormais la charge de suivre les projet du gouvernement pour l’amélioration de l’offre énergétique du pays.

“L’ambition est d’accroître le taux de couverture électrique national de 33,32% en 2015 à 80% en 2020; le taux d’électrification national, de 18,83% en 2015 à 45% en 2020, à travers le renforcement de la production thermique, l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans la production totale, de 6,4% en 2015 à 30% en 2020”, précise le Plan national de développement économique et social (PNDES) du Burkina Faso, établi pour la période 2016 – 2020.

D’après le PNDES, l’offre actuelle d’électricité est constituée de “6,4% d’énergies renouvelables, 62,9% de productions thermiques et 30,7% d’énergies importées”.

La part des énergies renouvelables doit avoir déjà cependant connu une hausse avec l’inauguration, le 29 novembre 2017, de la centrale solaire de Zagtouli (33 MW).

Pays ensoleillé (5,5 kilowattheures par mètre carré et par jour), le Burkina envisage, d’ici à 2020, de couvrir 30% de ses besoins en électricité avec le solaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *