Projets d’énergies renouvelables à petite échelle en Afrique: 160 millions USD mobilisés en 1ère clôture pour la Facilité pour l’inclusion énergétique




Parmi les investisseurs, on retrouve la BAD, la Commission européenne, KfW, Norfund, CTF et le Fonds pour l’environnement mondial

 

Principal sponsor de la Facilité pour l’inclusion énergétique (Facility for Energy Inclusion, FEI), la Banque africaine de développement a annoncé, le 16 mars, la première clôture de ce fonds de créances qui vise à soutenir le développement de projets d’énergies renouvelables à petite échelle en Afrique.

La première clôture de la FEI a eu lieu le 03 décembre 2019, souligne le communiqué. 

Les engagements pris s’élèvent à 160 millions de dollars. Parmi les investisseurs, on retrouve la BAD, la Commission européenne, la banque publique allemande KfW, le Fonds pour les technologies propres (Clean Technology Fund, CTF), le Fonds nordique de développement (Nordic Development Fund, Norfund).  

La Facilité recevra aussi 10 millions de dollars du Fonds pour l’environnement mondial (Global Environment Facility, GEF).

La FEI est un fonds de créances de 400 millions de dollars qui vise le soutien au développement des projets d’énergies renouvelables à petite échelle et des mini-réseaux, en vue d’améliorer l’accès à l’énergie dans les régions les plus reculées et les plus pauvres du continent africain.

Elle se présente sous forme d’une plateforme de financement ayant vocation à appuyer des projets ne pouvant être suffisamment couverts par les banques commerciales et les institutions de financement du développement à cause des risques encourus et des modèles de financement.

La FEI ambitionne de fournir des produits financiers spécialisés sur mesure en réduisant les délais de traitement et les coûts de contrôle préalable des projets de petite taille.

D’après la présentation de l’initiative sur le site de la BAD, “la FIE devrait contribuer à l’exécution d’environ 50 projets de production d’énergie à petite échelle, à hauteur d’investissements oscillant entre 5 millions d’USD et 20 millions d’USD par projet, contribuant ainsi à l’augmentation de la production d’électricité en Afrique, à hauteur d’au moins 300 MW, ainsi qu’à l’alimentation en électricité d’au moins 2 millions de ménages, y compris hors-réseau.” 

La Facilité est gérée par LHGP Asset Management, filiale de la banque d’investissement britannique Lion’s Head.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *