La BAD et l’AGTF s’engagent à fournir un financement de 200 millions de dollars pour le Projet d’électrification du Nigeria




Le Projet vise à fournir l’énergie à plus de 500 000 personnes, ainsi qu’à des universités publiques et PME situées dans des zones non desservies ou mal desservies

 

La Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement nigérian ont officiellement lancé mardi, 17 mars, le Projet d’électrification du Nigeria (National Electrification Project, NEP).

Le NEP va bénéficier d’un financement conjoint de 200 millions de dollars de la BAD et du Fonds pour la croissance de l’Afrique (Africa Growing Together Fund en anglais, AGTF) pour sa mise en oeuvre.

Le Projet vise à résorber le déficit d’accès à l’énergie dans les zones non desservies ou mal desservies du Nigeria en incitant les investissements privés dans les mini-réseaux (sur 250 sites) et la distribution de solutions solaires photovoltaïques hors réseau (24 500 appareils prévus). 

Selon Wale Shonibare, vice-président par intérim de la BAD, chargé de l’électricité, de l’énergie, du climat et de la croissance verte, l’initiative devrait bénéficier à plus de 500 000 personnes, et apporter une capacité installée de production d’électricité supplémentaire de 76,5 MW dont 68 MW via l’énergie solaire.

Parmi les bénéfices attendus, la BAD précise que huit universités publiques et centres hospitaliers universitaires seront équipés en mini-réseaux, 150 étudiantes recevront une formation sur les énergies renouvelables et 20 000 petites et moyennes entreprises seront approvisionnées en appareils et équipements.

Le projet sera mis en oeuvre par l’Agence d’électrification rurale du Nigeria, qui verra aussi ses capacités institutionnelles renforcées. Il s’insère dans la stratégie du gouvernement nigérian de fournir un accès universel à l’énergie d’ici à 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *