Les pays membres de l’Organisation des producteurs de pétrole africains désormais liés par un accord de coopération et d’assistance mutuelle




Ledit accord a été adopté récemment à N’Djamena, au cours de la 35e session ordinaire du Conseil des ministres de cette institution qui compte 18 pays du continent

 

N’Djamena, la capitale du Tchad, a abrité, le 31 mars dernier, la 35e session ordinaire du Conseil des ministres de l’Organisation des producteurs de pétrole africains (African Petroleum Producers’ Organization en anglais, APPO).

La réunion de N’Djamena a permis d’adopter les statuts, le règlement intérieur et l’accord-cadre de coopération et d’assistance mutuelle entre les pays membres, pour améliorer la coopération inter-africaine dans le domaine de l’énergie.

Les participants ont souligné à cette occasion la nécessité de mettre à profit la synergie des compétences des pays de l’APPO dans l’optique de: réduire le coût des opérations pétrolières, augmenter la rentabilité des projets marginaux, accroître les flux financiers internes, limiter les dépenses en devises, promouvoir le contenu local et la maîtrise des activités pétrolières et gazières pour réaffirmer la souveraineté nationale sur les ressources pétrolières nationales.

Ils ont également mis en exergue la nécessité de résoudre les problèmes d’infrastructures nationales et régionales de transport, de stockage, de transformation et de distribution afin de limiter les importations hors pays membres, établir les synergies sous-régionales pour développer les pôles d’activités (laboratoires, recherches, industries, etc.).

Le ministre tchadien du Pétrole et de l’Energie, Béchir Madet (photo, centre), président sortant du Conseil des ministres de l’APPO, a indiqué qu’en plus d’hydrocarbures, l’Afrique dispose d’un potentiel énorme et inestimable en ressources énergétiques renouvelables: soleil, vent, biomasse, géothermie, etc.

“Mais nous ne participons aujourd’hui que très faiblement à la consommation énergétique mondiale avec une moyenne de consommation par tête d’habitant de l’ordre de 0,3 tonne équivalent pétrole par an, contre 4 tonnes équivalent pétrole par an pour un Européen et près de 7,8 tonnes équivalent pétrole par an pour un Américain”, a-t-il déploré.

“Face à ces enjeux, la meilleure solution est de s’unir pour être forts”, a-t-il martelé.

La réunion ministérielle a été précédée par le 14ème forum des sociétés nationales des hydrocarbures qui a discuté de l’impact de la chute des cours du brut depuis plus de trois ans.

L’APPO comprend 18 membres : Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Cameroun, Congo, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Egypte, Gabon, Ghana, Guinée équatoriale, Libye, Mauritanie, Niger, Nigeria, Soudan et Tchad.

Le 31 mars 2018 à N’Djamena, six pays étaient cependant absents: Gabon, Ghana, Libye, Mauritanie, Afrique du Sud et Soudan.

A l’issue des travaux, le Nigeria a été désigné à la présidence du Conseil des ministres de l’OPPA (mandat en vigueur depuis le 1er avril 2018), tandis que le Niger a été porté à la vice-présidence, pour un mandat d’un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *