Burkina Faso: le cap en matière de développement des énergies reste adossé sur le PNDES (Premier ministre)




Dans son Plan national de développement économique et social (PNDES), établi pour la période 2016 – 2020, le Burkina Faso compte porter le taux d’électrification national, de 20% actuellement, à 45% en 2020, a relevé le PM Paul Kaba Thiéba, le 12 avril à l’Assemblée nationale

 

Le Premier ministre burkinabé, Paul Kaba Thiéba (photo), a prononcé jeudi, 12 avril 2018, son discours sur la situation nationale devant les députés et plusieurs autorités officielles.

Le chef du gouvernement a fait le point de la situation dans plusieurs secteurs, en insistant sur les objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES), établi pour la période 2016 – 2020.

“Le PNDES est notre boussole pour sortir le Burkina de la pauvreté”, a affirmé le Premier ministre.

En matière d’énergie, M. Thiéba a expliqué que la politique du gouvernement burkinabé vise trois objectifs stratégiques, dont le premier consiste à «mettre fin au déficit énergétique du pays qui est de 50 MW et dont le taux d’accroissement annuel est de 15%».

En deuxième lieu, le gouvernement, selon le Premier ministre, compte «accroître la compétitivité de l’économie en réduisant le coût du kWh qui varie actuellement entre 125 FCFA [0,19 euro] et 130 FCFA [0,2 euro]».

Paul Kaba Thiéba a relevé que le troisième objectif recherché par l’exécutif est d’«accroître le taux d’accès à l’électricité de 20% actuellement, à 45% en 2020».

« Dans cette perspective, le secteur de l’énergie au Burkina Faso a connu de grandes réformes au cours de l’année écoulée, en vue de mettre un accent particulier sur l’accroissement de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique et de promouvoir l’efficacité énergétique », a indiqué le chef du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *