Le Niger avance vers la mise en développement conjoint des champs pétroliers du bloc Agadem




Réuni en Conseil des ministres le 06 juillet, le gouvernement a approuvé des projets de décret portant renonciation à deux autorisations exclusives d’exploitation pour la finalisation de « La Grande AEE » au profit du contractant chinois China National Petroleum Corporation (CNPC-NP). Objectif: faire passer la production nationale de pétrole de 20 000 à environ 110 000 barils par jour

 

Le gouvernement nigérien a approuvé, le 06 juillet dernier, en Conseil des ministres, deux projets de décret portant respectivement « approbation de la renonciation à l’autorisation exclusive d’exploitation [AEE, NDLR] pour hydrocarbures des gisements de Gouméri, Sokor et Agadi«  et « approbation de la renonciation à l’autorisation exclusive d’exploitation pour hydrocarbures dénommée AEE Phase II Agadem« .

Il s’agissait d’une exigence pour la mise en développement conjoint des gisements compris dans l’AEE n°1 et l’AEE n°2 au sein d’une seule et même autorisation dénommée « La Grande AEE », à travers la modification du contrat de partage de production (CPP) signée le 02 juin 2008 entre l’Etat nigérien et le contractant chinois China National Petroleum Corporation – Niger Petroleum (CNPC-NP).

Le décret autorisant la Grande AEE avait été signée le 13 juin 2018 mais son entrée en vigueur restait conditionnée par la renonciation aux deux premières autorisations liant le gouvernement nigérien à CNPC-NP sur le bloc Agadem (qui comprend les gisements de Gouméri, Sokor et Agadi).

Dans les CPP, l’autorisation exclusive d’exploitation confère au titulaire les droits de conduire des opérations pétrolières et de disposer de tout ou partie de la production des hydrocarbures produites sur un périmètre donné, pendant une durée de temps convenue entre les parties.

Le 13 juin 2018, la compagnie chinoise avait obtenu la signature d’un nouvel avenant (avenant n°4) à son contrat de partage de production relatif au bloc Agadem. Cet avenant modifiait certaines clauses du Contrat en vue d’accélérer les travaux de développement sur le bloc et les travaux de construction d’un système de transport des hydrocarbures par pipeline.

Grâce à ces différents réaménagements, le Niger compte rehausser sa production de pétrole: de 20 000 barils par jour à environ 110 000 barils par jour dans les trois prochaines années, d’après les données relayées par l’agence de presse chinoise Xinhua.

Le Niger est producteur de pétrole depuis novembre 2011. Le pays dispose d’une raffinerie à Zinder (SORAZ) et des champs pétrolifères dans le nord-est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *