Cameroun : les activités pétrolières sont suspendues à l’Extrême-Nord “en raison des attaques de Boko Haram” (SNH)




La recherche d’hydrocarbures dans la partie septentrionale du pays avait été confiée en 2009 à la société chinoise Yan Chang Logone Development Holding Company Limited

 

Les activités pétrolières dans le bassin sédimentaire du Logone-Birni, à l’Extrême-Nord du Cameroun, sont “suspendues” à cause des “attaques de Boko Haram dans cette zone”, a appris Energie Media cette semaine, à la lecture du Rapport annuel 2016 de la Société nationale des hydrocarbures (SNH).

La SNH est une société publique détenue exclusivement par l’Etat et qui a pour missions de “promouvoir et valoriser le domaine minier national et de gérer les intérêts de l’État dans le secteur des hydrocarbures”.

Le Cameroun a lancé ses premières recherches d’hydrocarbures dans sa partie septentrionale en 2009, à la faveur d’un contrat signé en avril de l’année considérée, avec Yan Chang Logone Development Holding Company Limited. 

La société chinoise avait obtenu dans ce bassin l’exploration des blocs Zina et Makary, couvrant une superficie totale de 8506 km2, dont 3862 km2 pour Zina, et 4644 km2 pour Makary.   

Des réservoirs d’hydrocarbures y avaient été découverts en 2011 mais des recherches supplémentaires devaient confirmer le caractère commercial des ressources.

Le bassin sédimentaire du Logone-Birni permet techniquement de faire de l’exploration-production onshore (à terre).

Les bassins sédimentaires producteurs du pays sont actuellement ceux du Rio del Rey et de Douala/Kribi-Campo, situés en offshore (en mer), au large des côtes camerounaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *