Le groupe de services pétroliers TechnipFMC relance son projet de scission en deux entreprises




Annonce faite le 07 janvier. L’opération doit donner naissance à Technip Energies, cotée à Paris; et TechnipFMC, qui restera immatriculée au Royaume-Uni, avec son siège à Houston

 

 

Le groupe d’ingénierie pétrolière TechnipFMC, issu de la fusion du français Technip et de l’américain FMC Technologies, a annoncé jeudi la relance de son projet de scission en deux entreprises.

Le projet, annoncé en août 2019, avait été repoussé en raison des conditions de marché générées par le Covid-19. Il devrait être finalisé au cours du premier trimestre 2021, sous réserve des autorisations réglementaires, indique un communiqué.

La scission avait été annoncée moins de trois ans après la fusion qui avait généré TechnipFMC.

Elle donnera naissance à deux entreprises, indépendantes et cotées, Technip Energies, coté à Paris, avec son siège à Paris, mais immatriculé aux Pays-Bas, et TechnipFMC, qui restera immatriculée au Royaume-Uni, avec son siège à Houston et des cotations à la fois à New York et sur Euronext Paris.

La scission se fera par un « spin-off » de 50,1% des actions ordinaires en circulation de Technip Energies, au prorata des actionnaires de TechnipFMC, précise le communiqué.

Bpifrance, actionnaire important de TechnipFMC depuis 2009, « soutient l’opération » et a l’intention d’investir 200 millions de dollars dans Technip Energies en acquérant des actions auprès de TechnipFMC, a indiqué l’institution dans un communiqué séparé.

TechnipFMC conservera, à la date de distribution, la propriété des 49,9% restants des actions Technip Energies. La société a l’intention de procéder à une vente ordonnée de sa participation dans la durée.

« La scission permettrait à TechnipFMC et Technip Energies de se concentrer sur leurs stratégies respectives, leur donnant une plus grande agilité, chacune étant idéalement positionnée pour capitaliser sur les enjeux de transition énergétique », explique le groupe.

Pour Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, « cette opération va permettre l’indépendance d’un acteur français de l’ingénierie et de la technologie, à rayonnement mondial ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *