GERD: face à l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan dénoncent la stratégie du “fait accompli”

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi et le président du Conseil souverain du Soudan, Abdel Fattah Al-Burhan, ont dénoncé samedi 06 mars les “mesures unilatérales” d’Addis-Abeba pour mettre en service le Grand barrage de la renaissance éthiopienne

 

 

Le Soudan et l’Egypte ont rejeté, samedi 06 mars, l’approche du “fait accompli” dans la gestion, par l’Ethiopie, de la construction du Grand barrage de la renaissance éthiopienne (GERD), sur le Nil Bleu.

“Les deux pays réitèrent leur rejet de toute approche consistant à imposer un fait accompli et à étendre le contrôle sur le Nil Bleu via des mesures unilatérales sans tenir compte des droits et des intérêts des deux pays en aval”, a estimé le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi (photo, g) au terme d’un entretien avec le président du Conseil souverain du Soudan, Abdel Fattah Al-Burhan (photo, d), dans la capitale Khartoum.

L’Egypte et le Soudan “soulignent également la nécessité de revenir à des négociations sérieuses et efficaces pour parvenir le plus rapidement possible à un accord équitable, équilibré et juridiquement contraignant concernant la mise en eau et le fonctionnement du GERD”, a-t-il ajouté.

M. Al-Sissi a examiné avec M. Al-Burhan la possibilité de relancer les négociations par la formation d’une médiation internationale quadripartite composée de l’Union africaine, des Etats-Unis, de l’Union européenne et des Nations Unies.

L’Ethiopie a entamé la construction du GERD en 2011. A terme, le barrage doit assurer une production d’électricité de 6 000 mégawatts.

L’Egypte craint que le barrage n’affecte les 55,5 milliards de mètres cubes d’eau (97% de ses besoins en eau) qu’elle reçoit chaque année du Nil, et le Soudan a soulevé des préoccupations similaires. Les négociations qui ont déjà eu lieu à ce jour sur les règles de remplissage et de fonctionnement du GERD se sont avérées infructueuses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *