GERD: le Soudan regrette « 200 jours de négociations gâchées » sous l’UA présidée par l’Afrique du Sud




« Les cycles précédents, sous le patronage de l’Union africaine (UA) présidée par l’Afrique du Sud, ont été inefficaces », a déclaré la ministre soudanaise des Affaires étrangères Mariam Al-Sadiq Al-Mahdi lundi 05 avril

 

 

Le Soudan a réitéré lundi, 05 avril, le besoin de changer d’approche pour les négociations concernant le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) après 200 jours de pourparlers « inefficaces » lors des cycles précédents, a rapporté l’agence de presse officielle SUNA.

« Les cycles précédents, sous le patronage de l’Union africaine (UA) présidée par l’Afrique du Sud, ont été inefficaces et ont gâché 200 jours de négociations, ce qui a entraîné un recul par rapport à ce qui avait été réalisé », a déclaré la ministre soudanaise des Affaires étrangères Mariam Al-Sadiq Al-Mahdi (photo), citée par SUNA, à l’occasion d’une session de pourparlers ministériels sur le GERD qui s’est ouverte lundi à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

« Le Soudan appelle toujours à une nouvelle approche et exhorte l’UA à diriger les médiations en vue de surmonter l’impasse des discussions », a-t-elle ajouté.

Les futures négociations devraient avoir lieu dans un cadre 1+3, soit une médiation dirigée par l’UA et appuyée par les Nations unies, l’Union européenne (UE) et les Etats-Unis, en vue d’atteindre un accord juste et contraignant sur la mise en eau et l’exploitation du GERD, a noté Mme Mahdi.

Elle a rappelé le rejet soudanais de toute mise en eau unilatérale du GERD car « un différend sur les ressources est indésirable pour l’Afrique », appelant à « des solutions innovantes (…) pour épargner aux populations des conflits inutiles ».

En février, l’Ethiopie a affirmé qu’elle procéderait en juin à la seconde phase de mise en eau du GERD avec 13,5 milliards de mètres cubes d’eau. Le volume de la première phase de mise en eau l’année dernière était de 4,9 milliards de mètres cubes d’eau.

En plus du Soudan, l’Egypte craint que le GERD n’affecte les 55,5 milliards de mètres cubes d’eau qu’elle reçoit chaque année du Nil.

Au cours des dernières années, toutes les discussions tripartites organisées sur les règles de remplissage et de fonctionnement du GERD se sont avérées infructueuses.

La construction du barrage a débuté en 2011. L’ouvrage une capacité totale de 74 milliards de mètres cubes et devrait assurer à l’Ethiopie à terme une production d’électricité de 6 000 mégawatts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *