Gaz du Cameroun cherche de nouvelles stratégies après la suspension d’approvisionnement en gaz d’Eneo, son plus gros client




ENEO, concessionnaire du service public de production et de distribution de l’électricité au Cameroun, a représenté environ 53% des ventes de la centrale à gaz de Logbaba en 2017. Depuis le début de l’année, la compagnie a annoncé qu’elle ne pourrait plus consommer ces quantités pour des questions de trésorerie

 

Gaz du Cameroun S.A. (GDC), filiale détenue exclusivement par Victoria Oil and Gas PLC (VOG), va être “clairement affecté, à court terme” par la décision de la société d’Eneo de suspendre ses approvisionnements en gaz en cette nouvelle année, renseigne un communiqué publié par VOG le 05 janvier 2018.

En juin 2017, ENEO – opérateur de production et de distribution de l’électricité détenu conjointement par le fonds britannique Actis Energy et le gouvernement camerounais – avait renouvelé son contrat d’approvisionnement en gaz naturel auprès de Gaz du Cameroun jusqu’au 31 décembre 2017. A l’occasion, GDC s’était félicité de la mise en place de “tous les éléments techniques et financiers d’un dispositif d’alimentation en gaz à long terme visant à accroître l’offre actuelle de puissance contractuelle de 50MW au-delà de 100 MW”.

Seulement, Eneo a décidé de ne pas renouveler le contrat d’approvisionnement à partir du champ gazier de Logbaba (Littoral) – qu’exploite GDC – en début d’année 2018, pour des questions de trésorerie.

“La suspension de l’offre d’Eneo affectera directement GDC à court terme (elle représente 53% des ventes de gaz de Logbaba pour l’exercice clos le 31 décembre 2017)”, explique VOG.

L’entreprise indique avoir 30 autres clients auxquels elle va continuer à distribuer du gaz tandis qu’elle va mettre en place des solutions non-grid (hors-réseau) pour d’autres clients industriels à Douala, capitale économique du Cameroun, en attendant l’amélioration de la situation d’Eneo.

GDC réclame une facture impayée de près de 8,7 millions de dollars à ENEO; montant que l’entreprise espère recouvrer “en temps opportun”.

KPDC, le gestionnaire de la centrale à gaz de Kribi (216 MW) ressent également les difficultés financières d’Eneo depuis les derniers mois de l’année 2017.

ENEO de son côté fait face à de nombreux impayés, y compris des administrations publiques, situation qui plombe son développement et qui menace le secteur énergétique camerounais selon certains acteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *