Les facteurs qui entraînent la baisse des coûts des énergies renouvelables (solaire et éolien en particulier)




Procédés de fabrication améliorés, développeurs de projets internationaux de plus en plus expérimentés, concurrence entre les fournisseurs… l’Irena prédit un bel avenir aux énergies renouvelables

 

Les énergies renouvelables sont sur la même trajectoire de coût que les énergies fossiles pour la production de l’électricité, estime l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) dans un rapport sur le coût des renouvelables en 2017, publié en début d’année.

D’après cette agence intergouvernementale qui compte plus de 145 Etats membres, la baisse “rapide” des coûts de production des énergies renouvelables, entre 2010 et 2017, est liée à plusieurs facteurs.

Parmi ces derniers, il est à relever notamment: des “procédés de fabrication améliorés”; des innovations technologiques continues; des chaînes d’approvisionnement de plus en plus compétitives; une concurrence accrue entre les fournisseurs de produits et des développeurs de projets internationaux de plus en plus expérimentés.

L’Irena évoque aussi l’existence d’un cadre réglementaire et institutionnel favorable, une forte ingénierie locale, des régimes fiscaux incitatifs, des coûts faibles de développement de projet et d’excellentes ressources.

Autant de facteurs qui ont permis de réduire le « coût actualisé de l’énergie » (Levelised cost of electricity, LCOE) des projets d’énergies renouvelables menés à travers le monde.

En janvier 2018, l’Irena a publié son rapport sur les coûts de production des énergies renouvelables (Renewable Power Generation Costs in 2017), afin de sensibiliser sur le “vrai coût des énergies renouvelables”.

Les données présentées dans le rapport sont tirées de la base de données des coûts des renouvelables de l’Irena (Irena Renewable Cost Database) qui contient des détails sur près de 15 000 projets de production d’électricité à travers le monde. La base de données prend en compte de grands projets hydroélectriques tout comme des systèmes solaires domestiques sur les toits des maisons dans le secteur résidentiel et de plus grands systèmes sur les toits dans le secteur commercial (en dessous de 1 MW); avec une agrégation de résultats provenant de plus d’un million de systèmes installés au sein des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les chiffres proviennent également de la base de données des enchères de l’Irena (Irena Auctions Database). Cette base de données, informe l’institution intergouvernementale, contient un total de 293 GW de projets recensés à travers le monde. Il est à noter que 92 GW (soit 32% du total) sont localisés au Brésil; 78 GW aux Etats-Unis (26% du total); 48 GW en Inde (16%); 10 GW au Chili (3%); 6,5 GW en Argentine et en Afrique du Sud (2% chacun); 5,5 GW au Royaume-Uni (2%); environ 5 GW en Chine et en Allemagne (2% chacun).

En termes de technologies, l’Irena précise que les éoliennes terrestres constituent le plus grand contributeur avec des données sur des projets totalisant 114 GW (39%) à jour. Le solaire photovoltaïque constitue le second plus grand contributeur avec 85 GW (29%); suivi de l’hydroélectricité avec 44 GW (15%); la biomasse et les éoliennes en mer avec 9 GW chacun (3%); les centrales solaires thermodynamiques à concentration (CSP) avec 4 GW et la géothermie avec 0,1 GW.

D’après le rapport, à la fin 2016, toute la capacité de production des énergies renouvelables a dépassé 2 000 GW, “ce qui signifie qu’il a plus que doublé en neuf ans”. Les nouvelles capacités de production d’électricité par les énergies renouvelables ont atteint 162 GW en 2016, avec 36 GW pour les nouvelles capacités hydroélectriques; 51 GW pour l’énergie éolienne; 71 GW pour le solaire photovoltaïque; 09 GW pour la bioénergie; et 01 GW, combinaison des centrales solaires thermodynamiques à concentration (CSP), de la géothermie et de l’énergie marine.  

Selon “toute probabilité”, les nouvelles capacités d’énergie solaire photovoltaïque mondiales atteindront ou dépasseront 90 GW en 2017; tandis que les nouvelles capacités d’énergie éolienne devraient dépasser 40 GW, mentionne l’étude.

 


Articles liés: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *