Des équipes techniques de RDC et d’Angola vont se rencontrer « dès que possible » pour le calendrier d’exploitation du pétrole de leur zone commune




Contenu du communiqué publié à l’issue de la rencontre, à Benguela le 05 janvier, entre le président angolais João Lourenço et son homologue de la République démocratique du Congo (RDC) Felix Tshisekedi

 

Le président angolais João Lourenço (photo, d) et son homologue de la République démocratique du Congo (RDC) Felix Tshisekedi (photo, g) ont exprimé leur intention d’exploiter conjointement les ressources pétrolières situées dans la zone d’intérêt commun (ZIC), au large des côtes des deux pays dans l’océan Atlantique.

Les deux présidents se sont rencontrés le 05 janvier dernier à Benguela, une des plus importantes villes angolaises.

Ils ont convenu « que les équipes techniques des deux pays se réuniraient, dès que possible, pour établir le calendrier d’action nécessaire à la mise en œuvre du projet conjoint », a indiqué un communiqué de la Maison civile du président Lourenço, rendu public après la rencontre.

L’Angola exploite seul les gisements partagés par les deux pays.

Début 2015, la société angolaise du pétrole (Sonangol) et la Congolaise des hydrocarbures avaient conclu une série d’accords sur l’exploitation de cette zone d’intérêt commun.

La partie congolaise n’a jamais révélé la part de la production qui devrait revenir à la RDC.

Le président congolais a affirmé, en septembre dernier, avoir « besoin des millions de dollars de ce pétrole » pour le financement de l’enseignement primaire, devenu gratuit en RDC.

La RDC revendique, depuis juin 2003, un pan de la production des blocs angolais en eaux profondes.

Le 11 mai 2009, le Congo avait déposé une requête auprès de l’ONU pour obtenir la délimitation de ses frontières maritimes.

Quelques semaines plus tard, la ZIC avait été créée, en application du traité de Montevideo sur le droit de la mer.

La ZIC avait décidé d’étendre de 200 miles marins l’étendue du plateau continental de sa côte atlantique, entre l’Angola et sa province de Cabinda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *