Les investissements dans le secteur public de l’énergie représentent 16,5% du portefeuille actif de la BAD au Cameroun

L’ensemble des opérations actuelles représente 166 millions de dollars, selon une mise à jour faite par la Banque début novembre

 

L’ensemble des opérations actuelles de la Banque africaine de développement (BAD) dans le domaine de l’énergie, dans le secteur public, au Cameroun, représente 166 millions de dollars, soit 16,5% du portefeuille actif de l’institution financière multilatérale.

La Banque a publié le 02 novembre dernier l’édition 2017 de la“Revue synthétique des résultats” pour le Cameroun, dans laquelle sont abordés les progrès faits par le Cameroun ces 10 dernières années et l’apport de la BAD dans ces progrès.

Au 31 décembre 2016, la BAD indique avoir soutenu plus de deux milliards de dollars de projets depuis 1972, ce qui en fait “l’un des premiers partenaires du pays”.

Depuis la construction du terminal de l’aéroport international de Douala (en 1972), la Banque a précisément financé “95 projets pour un montant total atteignant 2,15 milliards de dollars”.

Sur la période 2015 – 2020, la BAD prévoit d’investir plus de 2,8 milliards de dollars dans le pays.

 

Rapport BAD sur Cameroun
Télécharger la revue intégrale

 

Dans le domaine de l’énergie spécifiquement, parmi les projets d’infrastructure retenus, on note le projet d’interconnexion électrique Cameroun-Tchad ou encore le projet hydroélectrique de Nachtigal.

En 2018, l’institution prévoit qu’avec ses différents appuis: “2,7 millions de Camerounais vont bénéficier d’un accès amélioré à l’électricité grâce aux infrastructures électriques en cours de construction.”

Dans le secteur public, la BAD soutient le Projet de renforcement et d’extension de réseaux électriques de transport et de distribution (Preretd), qui vise l’électrification de 423 localités et la fourniture d’énergie à 1,3 million de foyers; la construction d’une usine de pied au barrage de Lom Pangar pour l’électrification de 150 localités dans la région de l’Est.

Dans le secteur privé, sous forme de partenariats public-privé, la BAD a apporté des financements aux usines thermiques de Dibamba en 2010 et à la centrale à gaz de Kribi en 2011. Cette dernière, précise la BAD, fournit en moyenne 20% de la production du pays.

Les deux projets “ont permis d’augmenter de 300 MW la capacité électrique du Cameroun”.

Dans le document, on apprend que la BAD a dégagé 26 millions de dollars de financements pour accroître les capacités (projet en cours) de la centrale à gaz de Kribi, de 117 MW. Il est également prévu d’augmenter les capacités des usines thermiques de Dibamba.

La Banque est aussi engagée dans le développement du projet Nachtigal (420MW) qui devrait démarrer début 2018.

Le Cameroun constitue, à la fin 2016, le portefeuille de la BAD le plus important en Afrique centrale et compte parmi les 10 pays où la BAD investit le plus, avec 22 opérations en cours, équivalant à plus d’un milliard de dollars d’engagements, relève la revue.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *