Côte d’Ivoire: closing financier atteint pour l’extension de la centrale à gaz d’Azito




Les travaux, envisagés par Globeleq et IPS, permettront d’ajouter 253 mégawatts à la capacité de la centrale faisant passer celle-ci à 713 MW, soit environ 30% de la puissance installée de la Côte d’Ivoire

 

Azito Energie S.A., propriété du producteur indépendant d’électricité britannique Globeleq et d’IPS (Fonds Aga Khan), a atteint le closing financier pour le projet d’extension de sa centrale thermique à cycle combiné au gaz située à Azito (commune de Yopougon), à environ six kilomètres à l’ouest du port d’Abidjan, ont informé les deux actionnaires le 22 janvier. 

La mise en oeuvre de la phase IV du projet d’extension de la centrale d’Azito (Azito Phase IV) permettra d’ajouter 253 MW à cette dernière, en vue de produire environ 713 MW à la livraison des travaux, soit environ 30% de la puissance installée de la Côte d’Ivoire (2200 MW en 2018).

La centrale génère actuellement 460 MW.

Pour la phase IV du projet d’extension d’Azito, Globeleq et IPS ont mobilisé en dette 264 millions d’euros auprès de plusieurs institutions de financement du développement: Société financière internationale (IFC), Banque africaine de développement (BAD), Fonds de l’Opep pour le développement international (OFID), société française de Promotion et participation pour la coopération économique (Proparco), Société belge d’investissement pour les pays en développement (BIO), Emerging Africa Infrastructure Fund (EAIF), Société allemande d’investissement et de développement (DEG).

Selon Mahamadou Sylla, chef de la direction d’IPS pour l’Afrique de l’Ouest, les financements globaux sont “proches de 750 millions de dollars”

D’après Globeleq, la réalisation du projet a déjà démarré, pour une première production d’électricité attendue cette année 2020. L’électricité de la centrale sera vendue à l’Etat de Côte d’Ivoire dans le cadre d’un contrat de concession de 20 ans. 

La première phase de la centrale thermique à cycle combiné au gaz d’Azito est entrée en service en janvier 1999. L’extension de la centrale thermique, prévoit, dans sa phase 4, l’installation d’une turbine à gaz de 181 MW et une turbine à vapeur de 72 MW.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *