Ce que pèsent les Emirats arabes unis dans l’alliance Opep+




Abou Dhabi fait entendre une voix dissonante au sein d’un groupe qui avait pourtant un accord sur la table, conduisant le dernier sommet des 13 pays de l’Opep et leurs 10 partenaires dans l’impasse

 

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs dix alliés via l’accord Opep+ n’ont pas réussi le 05 juillet à dépasser leurs différends après la position des Emirats arabes unis, pointés du doigt comme responsables de l’impasse.

Avec une offre de près de 2,74 millions de barils par jour prévue ce mois-ci, le pays représente un peu plus de 7% du total de l’Opep+ soumis aux quotas, soit tout le monde sauf l’Iran, le Venezuela et la Libye.

Mais sa capacité maximale est autrement supérieure, avec un pic à plus de 3,8 millions de barils par jour en avril 2020, avant la coupe drastique du cartel. C’est ce qui a cristallisé les tensions avec les autres membres du cartel, le groupe refusant à Abou Dhabi la prise en compte de cette référence pour le calcul de sa coupe après avril 2022.

Les Émirats arabes unis figurent au quatrième rang des vingt-trois producteurs de l’Opep+, derrière la Russie et l’Arabie saoudite, deuxième et troisième producteurs mondiaux, et l’Irak.

Il est tout à fait nouveau que de plus petits acteurs comme les Émirats «montrent les muscles» au sein de l’Opep+, observe Naeem Aslam, d’Avatrade.

L’alliance scellée en 2016 est en effet plus habituée aux prises de becs entre Ryad et Moscou, comme en mars 2020 lorsque les ministres russe et saoudien étaient partis dos à dos de Vienne, siège du cartel, déclenchant dans la foulée une courte mais intense guerre des prix qui avait fait plonger les cours du brut.

Ce signal d’indépendance rejoint des vues plus alarmistes. Ainsi pour Samuel Burman, de Capital Economics, les deux reports successifs du sommet jeudi et vendredi puis son annulation lundi font carrément planer le spectre de «l’effondrement de l’ensemble» de l’alliance.

Aucune nouvelle réunion de l’Opep+ n’a depuis été annoncée. Sans accord, le niveau de production du cartel au mois d’août, voire au-delà, est identique à celui du mois de juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *