L’Allemagne recherche l’hydrogène vert pour ses industries… en Namibie




Le ministère fédéral allemand de l’Education et de la Recherche a noué un partenariat avec la Commission nationale de planification de la Namibie, pour une étude de faisabilité de production et de transport de l’hydrogène issu des énergies renouvelables. La partie allemande prête à fournir un montant de 40 millions d’euros dans le cadre du partenariat

 

La demande d’hydrogène pour l’industrie allemande oscille actuellement autour de 1,7 million de tonnes par an et le gouvernement s’attend à voir ce chiffre doubler d’ici à 2030. L’estimation “souligne que nous avons besoin de grandes quantités d’hydrogènes et que nous en avons besoin rapidement et à faible coût”, d’après la ministre fédérale allemande de l’Éducation et de la Recherche, Anja Karliczek. Et la Namibie peut participer à combler ces besoins, du point de vue de l’Allemagne. 

C’est à ce titre qu’Anja Karliczek et le directeur général de la Commission nationale de planification (National Planning Commission, NPC) de la Namibie, Obeth Kandjoze, ont signé, le 25 août, un communiqué conjoint affirmant la volonté de coopérer pour la production de l’hydrogène vert.

Le communiqué a été publié à l’issue d’une réunion organisée par visioconférence entre Berlin et Windhoek.

Dans le cadre de ce partenariat naissant, le ministère fédéral allemand de l’Education et de la Recherche (BMBF) va mettre à la disposition de la Namibie un financement pouvant atteindre 40 millions d’euros, pour la réalisation d’une étude de faisabilité (pour explorer le potentiel d’une industrie de l’hydrogène vert en Namibie, définir les sites de production et les possibilités de transport/exportation vers l’Allemagne) et utiliser les résultats pour démarrer des projets pilotes.

L’hydrogène vert est produit principalement par électrolyse de l’eau à partir d’électricité renouvelable (solaire, éolien, hydroélectricité), par rapport à l’hydrogène “gris” produit à partir du gaz naturel ou du charbon. Problème: l’hydrogène vert est plus cher à produire que l’hydrogène gris (actuellement utilisé à plus de 95%), le premier ayant un prix compris entre 3 et 7 euros par kg, contre le second dont le prix est d’environ 1,5 euro par kg. 

Cependant, en Namibie, d’après le BMBF, le prix du kilogramme d’hydrogène vert pourrait osciller entre 1,5 et 2 euros, soit le “prix le plus compétitif au monde”.

Les espoirs du ministère fédéral allemand de l’Education et de la Recherche sont basés sur le “potentiel” du pays d’Afrique australe, avec ses vastes terres inoccupées (population d’environ 2,1 millions d’habitants sur une superficie de 824 292 km²), des vents forts favorables au développement de l’éolien (classé parmi les pays africains ayant un potentiel éolien technique supérieur à 1 000 GW ) et ses atouts au niveau du solaire avec plus de 3 500 heures d’ensoleillement par an. 

L’Allemagne prévoit par ailleurs de générer directement l’hydrogène en Namibie à partir du dessalement et de l’électrolyse de l’eau de mer, ce qui réduirait considérablement les coûts de production.

Si l’étude de faisabilité est concluante, le BMBF estime que les exportations d’hydrogène de la Namibie pourraient démarrer avant 2025.

Le succès de l’opération pourrait être répliqué dans d’autres parties du monde, selon la partie allemande.

La NPC, institution rattachée à la présidence de la République, compte, à travers ce partenariat, obtenir de l’Allemagne un partage de connaissances dans le domaine avec les étudiants, experts, scientifiques et ingénieurs namibiens.

L’hydrogène est principalement utilisé actuellement pour la production d’ammoniac (engrais), de méthanol et dans les réactifs de raffineries pour la transformation du pétrole brut en carburants. Outre l’intérêt d’une décarbonation de ces secteurs avec l’hydrogène vert, les applications de ce vecteur énergétique sont envisagées pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports, produire l’électricité, stocker l’énergie produite par les centrales solaires et éoliennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *