La bagasse de canne à sucre assure 14% des besoins en électricité de l’île Maurice




Quand la saison de la canne arrive, la bagasse remplace le charbon comme combustible dans les centrales thermiques de l’île de l’océan Indien

 

Depuis une quinzaine d’années, la bagasse, le résidu fibreux issu du broyage de la canne à sucre, est largement mise à contribution pour produire de l’électricité à Maurice, au point désormais de pourvoir à 14% des besoins de l’île.

Au total, près d’un quart (22%) de l’énergie produite dans cette île de l’océan Indien est renouvelable, en prenant également en compte le solaire, l’éolien et l’hydroélectrique.

Et « l’objectif du gouvernement est d’augmenter la part de l’énergie renouvelable dans le mix énergétique à 35% en 2025 », explique le Premier ministre adjoint et ministre de l’Énergie, Ivan Collendavelloo.

« Les 35% ne sont pas très loin. Nous aurons 11 parcs solaires d’ici l’an prochain (2019) et au moins deux parcs éoliens (…) Les producteurs indépendants de l’industrie sucrière continueront à fournir la plus grosse part d’électricité renouvelable à partir de la bagasse », ajoute M. Collendavelloo.

L’île Maurice dispose d’un système tout particulier pour sa production d’énergie: 60% des besoins en électricité de l’île sont produits par quatre sociétés sucrières qui font tourner chacune une centrale thermique. Ces quatre centrales tournent normalement au charbon mais quand la saison de la canne arrive, la bagasse remplace le charbon comme combustible.

Après la période de récolte, les tiges de canne sont acheminées dans les usines et broyées afin d’en extraire le jus qui servira à produire le sucre.

La bagasse est de son côté lavée de manière à en extraire le maximum de liquide sucré, puis elle est chauffée pour en réduire le taux d’humidité. Elle part alors alimenter une centrale thermique où elle brûlera à plus de 500°C, une combustion qui permettra à des turbines de produire de l’électricité, dont une très grande partie sera acheminée sur le réseau national (le reliquat servant à alimenter l’entreprise).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *