Cameroun: pas de baisse des prix des carburants à cause de la “volatilité” des cours du baril de pétrole à l’international




Les prix des carburants à la pompe étant administrés au Cameroun, le ministère de l’Energie indique qu’un baril de pétrole au-delà de 40 dollars occasionne des manques à gagner pour l’Etat. Malgré la baisse des cours de l’or noir en deçà de 40 dollars, pas de décision “de manière hâtive”

Les cours du baril de pétrole brut à l’international, qui ont chuté depuis le mois de mars oscillant autour de 20-30 dollars, ont amené certains pays à l’instar du Nigéria – voisin du Cameroun – à baisser les prix des carburants à la pompe; le prix du diesel et de l’essence étant souvent largement corrélé aux cours du pétrole brut sur les marchés.

Au Cameroun, malgré l’impact des mesures prises pour limiter la propagation du coronavirus, les prix n’ont pas bougé et le gouvernement s’en justifie. “Dans notre système de fixation des prix à la pompe, il faudrait être sûr que la tendance baissière du prix du baril du Brent [auquel sont corrélés les types de brut produits au Cameroun, NDLR] s’inscrive dans la durée. Dans la situation actuelle, si les cours qui s’affichent ces derniers jours rebondissent à plus de 40 dollars, l’Etat recommencera à enregistrer des manques à gagner et dans un contexte de trésorerie tendue, sera obligé de revoir à la hausse lesdits prix à la pompe”, a expliqué le ministre de l’Énergie dans une interview accordée à la presse publique le 01er juin.


Lire aussi: Cameroun: la subvention des carburants à la pompe a coûté à l’Etat environ 312 millions d’euros en 2019

 

Avec le déconfinement progressif observé dans de nombreux pays, les cours du baril de pétrole repartent vers la hausse. Vendredi 05 juin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août clôturait à 42,30 dollars et celui de WTI américain pour livraison en juillet à 39,55 dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *