Algérie: accord entre ENI et la Sonatrach pour relever la production des champs gaziers du bassin de Berkine




Les deux compagnies envisagent d’unir les installations de deux champs présents dans les blocs 403 et 405b pour développer un hub gazier dans ce principal bassin sédimentaire algérien, à la faveur d’un accord conclu le 17 juillet

 

Le président-directeur général (PDG) de la compagnie pétrolière et gazière italienne ENI, Claudio Descalzi (photo, g), et le PDG de la compagnie nationale des hydrocarbures d’Algérie Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour (photo, d), ont signé, mardi 17 juillet à Milan, un accord pour le développement de champs gaziers et d’installations existants dans le bassin de Berkine.

L’accord, prolongement d’un protocole d’accord signé par les deux entreprises en avril 2018, vise à combiner la production du champ BRN (bloc 403) et du gisement Menzel Ledjmet Est (MLE) localisé dans le bloc 405b, précise un communiqué conjoint publié mercredi 18 juillet.

Les anciennes installations sur chacun des sites seront optimisées et de nouvelles seront mises en place, relèvent les partenaires; ajoutant que les deux champs seront connectés à travers un conduit de 180 km.

Objectif du projet : créer un pôle gazier dans le bassin de Berkine, l’un des principaux bassins producteurs d’Algérie

ENI et la Sonatrach envisagent par ailleurs de collaborer dans le développement des énergies renouvelables, la pétrochimie et le renforcement d’autres projets dans l’amont pétrolier et gazier.

Le groupe italien mène des activités en Algérie depuis 1981. Dans ce pays d’Afrique du Nord, Eni revendique à ce jour 32 permis miniers et une production estimée à “plus de 100 000 barils équivalent pétrole par jour”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *