La Tunisie veut réaliser la centrale thermique de Skhira (450 MW) sous forme d’un PPP




La centrale figure dans la liste des projets qui seront présentés au Forum international sur les partenariats public-privé le 18 septembre 2018 à Tunis

 

Le gouvernement tunisien a retenu le projet de centrale thermique de Skhira – gouvernorat de Sfax, au sud de la capitale Tunis – dans la liste des projets qui seront présentés le 18 septembre 2018 au Forum international sur les partenariats public-privé (PPP). C’est le principal projet qui sera soumis aux investisseurs dans le secteur de l’énergie, lors du Forum prévu dans la capitale tunisienne.

L’infrastructure envisagée à Skhira, une « centrale à vapeur à cycle combiné » d’une puissance de 450 MW, correspond à environ 11% des capacités de production actuelles de la Tunisie.

Le projet a pour objectif, entre autres, d’appuyer le développement industriel du pôle de Skhira. D’après les détails relayés sur le site du Forum, l’usine sera composée d’un « réservoir de carburant, d’un four pour chauffer l’eau et de turbines à vapeur pour produire de l’électricité ». La mise en service de la centrale est projetée en 2021-2022.

Le ministre tunisien du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laadhari, a déclaré, jeudi 13 septembre, que la Tunisie présentera en tout 33 projets d’une valeur de plus de 4,6 milliards de dollars aux investisseurs lors du Forum international sur les partenariats public-privé.

L’événement bénéficie du soutien de la Société financière internationale (IFC) et de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

Les autorités tunisiennes attendent au Forum « plus de 1 000 personnalités dont 250 représentants de groupes de partenariats internationaux, des hauts responsables de plusieurs institutions financières internationales, ainsi que des banques d’affaires et des fonds d’investissement ».

Les projets seront présentés dans quatre secteurs: transport et la logistique; énergie, eau et environnement; infrastructures et développement urbain; pôles scientifiques et technologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *