Sénégal : l’exploitation et la maintenance du FPSO du champ pétrolier Sangomar également confiées à Modec




La société japonaise avait déjà remporté, pour le champ, le contrat de fourniture de l’unité flottante de production, de stockage et de déchargement de pétrole

 

 

La compagnie pétrolière australienne Woodside Energy a attribué à Modec Sénégal S.A.S.U. – filiale du groupe d’ingénierie japonais Modec -, à la mi-décembre 2020, le contrat d’exploitation et de maintenance de l’unité flottante de production, de stockage et de déchargement de pétrole (FPSO) qui sera utilisée dans le cadre de la phase 1 du développement du champ Sangomar, au large du Sénégal.

La société japonaise avait déjà été attributaire, en janvier 2020, du contrat de livraison de cette plateforme pétrolière qui devrait être capable de traiter quotidiennement 100 000 barils de pétrole brut, 130 millions de pieds cubes standard de gaz, 145 000 barils d’eau pour injection; avec une capacité de stockage minimale de 1,3 million de barils de pétrole brut.

“Le contrat d’exploitation et de maintenance couvrira toutes les activités d’installation et de mise en service au Sénégal, à l’issue desquelles une période initiale d’exploitation et de maintenance de 10 ans entrera en vigueur. Les options d’extension sont autorisées ensuite pour chaque année suivante, jusqu’à 10 années supplémentaires”, a détaillé Modec dans un communiqué.

La plateforme sera déployée en mer dans le champ Sangomar, à environ 100 km au sud de la capitale Dakar. Elle sera amarrée dans une profondeur d’eau d’environ 780 mètres. La première production de pétrole à partir de Sangomar est prévue en 2023.

Le FPSO servira aux futures phases de développement du champ, qui pourront inclure l’exportation de gaz vers la côte et d’autres raccordements sous-marins.

Le champ Sangomar est situé dans les blocs Sangomar Offshore et Sangomar Deep Offshore, au large du Sénégal.

La joint-venture RSSD, qui détient les droits de mise en valeur du champ, est formée par la compagnie australienne Woodside Energy – opérateur avec une participation de 35% mais qui devrait avoir un plus grand contrôle après approbation de l’opération de rachat des 40% de Capricorn Senegal Limited, filiale de l’entreprise écossaise Cairn Energy PLC -; l’entreprise australienne FAR Ltd (15%) et la Compagnie nationale pétrolière du Sénégal Petrosen (10%).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *