Sénégal : vers une décision finale d’investissement sur le champ pétrolier SNE en 2019




Les études d’ingénierie préliminaires devant permettre de finaliser le budget, le calendrier et les exigences techniques ont démarré en décembre. Objectif dans une première phase: produire 90 000 barils de pétrole par jour

 

La coentreprise présente sur le champ pétrolier SNE, au large du Sénégal, projette d’aboutir à une décision finale d’investissement pour le développement de la phase 1 du champ en 2019.

Le 17 décembre dernier, l’entreprise australienne Far Limited – l’un des membres de la coentreprise – a annoncé le début des études d’ingénierie préliminaire (FEED) pour la phase 1 du développement de ce champ offshore situé à la frontière avec la Gambie.

Les études vont permettre de finaliser le budget, le calendrier et les aspects techniques du développement en vue de la décision finale d’investissement.

Le champ sera développé “progressivement”.

La première phase du développement de SNE ciblera l’exploitation de 230 millions de barils de pétrole à partir de 11 puits producteurs, 10 puits d’injection d’eau et deux d’injection de gaz, selon les données communiquées par Far Ltd. Cette phase ciblera “les réservoirs les moins complexes”.

Le brut sera exploité par une unité flottante de production, stockage et déchargement de pétrole (FPSO) d’une capacité d’environ 90 000 barils par jours dans la phase 1, avec la première production attendue en 2022.

Le champ SNE a été découvert en 2014. Il est situé dans le bloc Sangomar Deep Offshore, à environ 100 km au sud de la capitale Dakar.

L’entreprise écossaise Cairn est opérateur du champ, avec une participation de 40% dans la coentreprise qui exploite le bloc, aux côtés des entreprises australiennes Woodside Energy (35%) et Far Ltd. (15%). La Société nationale des pétroles du Sénégal (Petrosen) détient les 10% restants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *