La production mondiale de pétrole en 2018 sera tirée par les Etats-Unis, le Canada et le Brésil (Opep)




Dans son rapport mensuel publié jeudi, 12 avril, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a revu en hausse de 0,08 million de barils par jour (mb/j) son estimation de la production non-Opep cette année

 

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui continue de limiter sa production de brut, a légèrement revu à la hausse jeudi sa prévision de production de pétrole aux Etats-Unis pour 2018.

Dans son rapport mensuel, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole a revu en hausse de 0,08 million de barils par jour (mb/j) son estimation de la production non-Opep cette année: elle devrait atteindre 59,61 mbj, soit une croissance de 1,71 mbj sur un an.

« Les principaux moteurs de la croissance en 2018 sont les États-Unis (1,50 mb/j), le Canada (0,29 mb/j) et le Brésil (0,21 mb/j) », a souligné le cartel.

L’Opep continue pour sa part à baisser sa production. En mars, les 14 pays du cartel ont pompé un total de 31,96 mbj, soit une diminution de 201.000 barils par jour par rapport à février, selon des sources secondaires de l’organisation, citées dans le rapport.

L’Opep et ses partenaires, dont la Russie, limitent leur production depuis début 2017 pour rééquilibrer le marché et à faire remonter les prix.

L’accord est pour l’instant prévu pour durer jusqu’à fin 2018. La prochaine réunion des ministres de l’Opep et de leurs partenaires aura lieu le 22 juin à Vienne.

La croissance de la demande mondiale pour 2018 devrait pour sa part atteindre 1,63 million de barils par jour (mb/j), une prévision relevée par rapport au mois précédent, pour atteindre une demande de 97,07 mb/j.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *