Mozambique/Hydrocarbures: Qatar Petroleum rachète à Eni une participation de 25,5% dans le bloc A5-A




Eni, qui était l’opérateur principal avec une participation de 59,5% dans ce bloc, verra sa part descendre à 34% à l’issue de cette opération qui doit encore obtenir le feu vert des autorités mozambicaines

 

Le géant pétrolier et gazier italien Eni a annoncé lundi, 11 mars, dans un communiqué avoir cédé à Qatar Petroleum 25,5% de sa participation dans le bloc A5-A, au large du Mozambique, sans préciser le montant de cette opération.

Eni, qui était l’opérateur principal avec une participation de 59,5% dans ce bloc, verra sa part descendre à 34% à l’issue de cette opération qui doit encore obtenir le feu vert des autorités mozambicaines.

Le bloc A5-A se trouve à environ 1 500 km au nord-est de la capitale Maputo et couvre une superficie de 5 133 km2, à une profondeur variant de 300 à 1 800 mètres, selon la même source.

Les deux autres partenaires dans ce bloc sont Sasol avec 25,5% et la compagnie nationale mozambicaine Empresa Nacional de Hidrocarbonetos (ENH) avec 15%.

« L’accord d’aujourd’hui représente une nouvelle étape fondamentale dans le parcours stratégique qu’Eni et Qatar Petroleum ont entrepris pour renforcer davantage encore leur partenariat à l’échelle mondiale », s’est félicité le patron d’Eni, Claudio Descalzi, cité dans le communiqué.

Les deux compagnies ont déjà développé des partenariats à Oman et au Mexique, a précisé Eni.

Le groupe italien avait annoncé en janvier la signature de plusieurs contrats au Moyen-Orient, depuis Oman jusqu’aux Emirats arabes unis, en passant par Bahreïn.

Le plus important d’entre eux a été conclu avec la compagnie pétrolière d’Abou Dhabi (Adnoc) et permettra à Eni de détenir 20% d’un grand complexe de raffinage aux Emirats, aux côtés de l’autrichien OMV, qui en détiendra 15%.

Cette acquisition va permettre à Eni d’accroître de 35% sa capacité de raffinage et d’être moins sensible à la volatilité des prix du marché, avait expliqué le groupe, qui va débourser 3 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) pour cette opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *