Marché du pétrole: le ministre algérien de l’Energie optimiste sur le maintien du prix du baril “entre 55 et 60 dollars”

Abdelmadjid Attar estime que les prochaines semaines seront “décisives” pour les marchés pétroliers, notamment avec le nouveau président américain Joe Biden, les campagnes de vaccination contre le coronavirus et la reprise du trafic aérien international

 

 

Le ministre algérien de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a accordé une interview à l’agence de presse russe Sputnik le 20 janvier, dans laquelle il est revenu sur la conjoncture liée à l’offre et à la demande de pétrole.

“L’absence de crise majeure au Moyen-Orient, la réussite des campagnes de vaccination contre le coronavirus et la reprise du trafic aérien international sont autant de facteurs qui permettront au baril de se maintenir entre 55 et 60 dollars”, s’est montré optimiste M.Attar, soulignant par ailleurs que les marchés pétroliers seront “très attentifs” aux décisions de la nouvelle administration américaine sous Joe Biden sur les questions géopolitiques, tels que le dossier du nucléaire iranien et la situation au Venezuela.

“Ce sont (l’Iran et le Venezuela) deux importants producteurs de brut. Pour l’heure, c’est la grande inconnue. Wait and see”, a-t-il relevé.

Evoquant les actions de l’Opep et de l’Opep+ pour redresser les cours du brut, M. Attar a affirmé que la décision de l’Arabie saoudite de baisser sa production d’un million de barils par jour (b/j) a “impacté les marchés du brut”, estimant que cette mesure “exceptionnelle” augure d’un “possible retour du pétrole iranien à la faveur d’une future décantation des relations entre Washington et Téhéran”.

“Riyadh semble se préparer à de nouvelles décisions américaines”, a-t-il estimé.

“Lors de la réunion de l’Opep+ du 4 janvier, les négociations ont été rudes. Dès l’ouverture, j’avais dit que la stabilité du marché pétrolier résulterait de la réussite des campagnes de vaccination. Plus les gens seront vaccinés, plus ils voyageront. Pour le baril, la reprise dépend donc de la mobilité de l’activité du secteur aérien, grand consommateur de carburant”, a insisté le ministre.

Coopération russo-algérienne

Abordant la coopération entre la Russie et l’Algérie dans le domaine des hydrocarbures, le ministre de l’Energie a invité les compagnies pétrolières russes à travailler avec la Sonatrach en Algérie et à l’international.

A ce propos, il a évoqué les cas de Lukoil et de Zarubezhneft qui ont signé récemment des mémorandums d’entente avec la compagnie nationale Sonatrach.

Le groupe russe Gazprom, présent en Algérie depuis 2006, avait réalisé une importante découverte de gaz dans le bassin de Berkine.

“Les entreprises russes sont présentes en Algérie, nous pouvons citer le cas de Gazprom ou encore du consortium Rosneft-Stroytransgaz qui ont fait de petites découvertes. Les partenaires russes peuvent jouer un rôle important dans le pays. Gazprom et Lukoil, qui ont des moyens conséquents, peuvent parfaitement opérer avec la Sonatrach en Algérie et à l’étranger. Nous les encourageons à faire des propositions à la compagnie nationale”, a-t-il conseillé.

Au sujet du partenariat à l’international, M. Attar a cité particulièrement la recherche et le développement d’hydrocarbures en Irak entre la Sonatrach et Lukoil, faisant état de l’existence d’“opportunités extraordinaires” pour les deux parties.

S’agissant de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, il a assuré que la finalisation prochaine des textes d’application allait permettre à l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft) de lancer les premiers avis d’appel d’offres pour l’exploration d’hydrocarbures en Algérie, “à la fin du premier semestre si la situation sanitaire le permet”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *