Cameroun: les réserves prouvées sur le champ gazier de Logbaba revues à la hausse, à 89 milliards de pieds cubes




D’après les données présentées par Victoria Oil and Gas Plc le 04 juin, les estimations ont été revues à la hausse après le retraitement des données sismiques et l’achèvement des travaux de forage des puits de développement La-107 et La-108. Perspective de “contrats gaziers à long terme”

 

Victoria Oil and Gas Plc (VOG), maison mère de Gaz du Cameroun (GDC), a présenté lundi, 04 juin, une amélioration des réserves de gaz du champ Logbaba, situé dans le bassin sédimentaire de Douala/Kribi-Campo. VOG produit du gaz à partir d’installations à terre dans ce champ depuis 2012, pour des industries installées à Douala, capitale économique du Cameroun.

Les réserves prouvées (1P) – dont les chances de récupération sont supérieures à 90% – définies par les volumes identifiés dans tous les puits forés à Logbaba, ont été revus à 89 milliards de pieds cubes de gaz (bcf) contre 49 milliards bcf au 1er janvier 2017.

Les réserves probables (2P) – probabilité d’être économiquement exploitables égale ou supérieure à 50 %  – passent de 212 bcf à 322 bcf.

Les réserves possibles (3P) – maximum pouvant être extrait avec une probabilité supérieure à 10% d’être économiquement exploitables – sont désormais estimées à 548 bcf contre 350 milliards de pieds cubes en début d’année 2017.

Selon Kevin Foo, président de VOG, les nouvelles données sont basées sur le retraitement des données sismiques à Logbaba, l’historique des puits existants et l’achèvement des travaux de forage des puits de développement La-107 et La-108.

Les réserves prouvées en place, après soustraction des volumes déjà exploités, passent de 40 à 69 bcf, soit une augmentation de 73%; le restant des réserves probables atteint 309 bcf contre 203 bcf dans les estimations initiales; et enfin, les réserves possibles en place sont quant à elles évaluées à 535 bcf contre 350 bcf dans les données précédentes.

Avec ces données mises à jour, VOG espère signer des contrats gaziers à long terme avec les acheteurs pour répondre à la “demande croissante” en gaz naturel à Douala, capitale économique du Cameroun.

Le nouveau niveau de réserves probables (2P) donne à la compagnie britannique la capacité de “supporter un taux de production de 90 millions de pieds cubes standard par jour (mmscfd) pendant 10 ans”.

L’opérateur envisage à présent de déterminer l’emplacement des nouveaux puits de développement “en commençant par La-109” pour poursuivre le développement du champ gazier logbaba.

VOG projette d’atteindre la commercialisation de 100 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour (mmscf/d) à Douala d’ici à 2021 avec l’exploitation, encore en étude, d’un second bloc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *